Je ne sais pas si je veux allaiter...

Publié le 14 Janvier 2014

Je ne sais pas si je veux allaiter...

Voilà un vaste débat qui turlupine bon nombre de mamans et futures mamans.

Le choix n'est pas évident et le flux d'informations est abondant.

Comment être en accord avec soi-même concernant l'allaitement au sein ou au biberon?

Pour trouver votre chemin, je vous propose un plan selon plusieurs cas de figure. Bien entendu, vous pourrez peut-être vous retrouver dans plusieurs cas en même temps.

1er cas: Je suis plutôt du genre à anticiper

Voilà une situation qui pourrait paraître idéale de prime abord, mais ce n'est pas toujours vrai.

Votre test de grossesse n'est pas encore positif que vous vous posez déjà la question du mode d'allaitement?

Pas de panique, vous allez avoir de longs mois devant vous pour vous préparer et (chose très importante) préparer votre entourage.

Votre côté prévoyante vous donnera l'avantage d'aller surfer, lire, échanger autour de l'allaitement afin de prévoir, fantasmer, et vous rassurer.

Attention à ne pas trop faire de frais avant l'heure (le marketing des fabricants est féroce !) car tout ne pourrait pas se dérouler exactement comme vous le pensiez. Acheter un stérilisateur (inutile) et une batterie de biberons pour changer d'avis après une tétée d'accueil en salle de naissance serait dommage. De même que se mettre une pression folle pour s'assurer un allaitement au sein serait une erreur qui pourrait même mettre votre projet en péril !

2ème cas: Je m'y prends toujours à la dernière minute

Votre bébé est là et vous vous sentez angoissée car vous n'y connaissez rien?

Vous êtes peut-être encore à la maternité, smartphone à la main, à la recherche désespérée d'avis sur la question. Voilà que vous tombez sur mon blog fortuitement! Restez, et lisez bien:

À moins d'avoir accouché dans la forêt amazonienne vous avez sûrement l'opportunité d'interroger le personnel de la maternité à propos de vos choix? Puericultrices, sage-femmes, auxiliaires de puériculture, médecins sont là pour vous aider. N'hésitez pas à poser vos questions, même si elles peuvent vous paraître bêtes. Si votre cœur balance encore voici quelques contacts utiles:

Votre conjoint

La psychologue du service

Toute personne neutre susceptible de vous aider et d'agir en votre intérêt

En recoupant les informations et en vous écoutant, vous trouverez sûrement la solution qui vous conviendra le mieux.

3ème cas: Je n'arrive pas à me décider

Pour un premier enfant, c'est ce qui arrive le plus souvent. Ne culpabilisez pas, vous êtes la maman et vous êtes la meilleure pour prendre les décisions concernant votre bébé.

Après s'être informée, avoir discuté, fait la balance du pour et du contre, vous n'arrivez toujours pas à vous positionner. Tout ce processus de maturation psychologique est normal et contribue à vous forger votre identité de parent. Vous n'avez pas encore vécu les grands bouleversements qui s'opèrent après l'accouchement et n'avez pas encore rencontré votre petit. Laissez vous du temps et gardez en tête que votre choix n'est pas définitif. En effet, avec l'aide de professionnels confirmés vous pouvez commencer par l'allaitement au sein puis passer au biberon si cela ne vous convient pas ou le contraire. Il suffira de relancer la lactation et avoir un peu plus de patience pour faire accepter le changement à votre bébé. Mais ce n'est pas impossible.

4ème cas: Je n'ai pas confiance en moi

L'allaitement, et de manière générale la maternité sont le début d'une nouvelle vie de femme. La confiance en soi se travaille et vous en sortirez grandie. Ne vous laissez pas influencer dans un sens comme dans l'autre. C'est en général au moment d'une naissance qu'on peut choisir de régler ses conflits (avec sa mère par exemple) ou de se taire et subir le choix des autres au risque de rester sur une note amère qui pourrait bien venir polluer des moments chers et précieux de cet heureux événement qu'est la naissance de votre enfant.

Essayer d'être claire avec vous-même et vous arriverez mieux à être claire avec votre entourage.

Faire un break, accepter de se faire aider ou créer un camp de résistance avec votre conjoint pourrait être salvateur!

Enfin

Sachez que la culpabilisation des nouvelles mamans est monnaie courante dans notre société, alors prenez du recul afin de vous sentir bien dans vos baskets!

Si vous avez décidé d'allaiter au sein, préparez vous aux moments de doutes et de désespoir (parfois) qui jalonneront votre allaitement et demandez-vous si votre choix vous convient toujours et s'il est libre de toute contrainte ou pression de l'entourage.

Au contraire si vous préférez le biberon et que vous regrettez votre choix, tentez de savoir pourquoi l'idée de l'allaitement au sein à suscité ce refus chez vous. Ne restez pas isolée remplie de regrets et demandez de l'aide.

Si vous êtes satisfaite et heureuse de votre allaitement au sein ou au biberon, n'hésitez pas à faire profiter d'autres mamans de votre expérience en prenant garde de ne pas les influencer à votre tour!

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #nutrition, #allaitement, #biberon

Repost 0
Commenter cet article