allaitement

Publié le 24 Mai 2016

Une belle initiative ❤️

Quelle joie de découvrir sur ma boîte mail cette semaine cette belle initiative en faveur de l'allaitement:

"Bonjour,

Je travaille au sein de l’association SIKANA qui oeuvre pour rendre l’éducation accessible à tous.

Nous venons de mettre en ligne, la semaine dernière, un programme de 17 vidéos sur l’allaitement maternel.

Nous avons eu la chance de bénéficier de la relecture de Mme Claude Didierjean Jouveau, ancienne directrice de LA LECHE LEAGUE.

Les vidéos étant libres d’accès, je contacte actuellement tous les particuliers, les écoles sage-femmes, les ONGs et Associations qui oeuvrent dans le domaine de la santé de la mère et de l'enfant pour qu'ils puissent les utiliser gratuitement"

https://www.sikana.tv/fr/program/learn-the-basics-of-breastfeeding

Je suis allée voir et effectivement tout es là! Les vidéos et les thèmes abordés sont pointus et explicites. Alors je ne résiste pas, je diffuse sans hésiter.

Merci encore pour ce message.

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #allaitement, #alimentation, #vidéo, #information, #diffusion

Repost0

Publié le 5 Février 2014

Focus sur les biberonneries

La biberonnerie est une pièce destinée à la préparation des biberons dans les structures collectives (hôpitaux, crèches, pouponnières, etc...)

Ce lieu bien spécifique est un monde à part qui ne ressemble pas du tout à votre cuisine personnelle car il répond à des normes d'hygiène très strictes.

En effet, le principe de la "marche en avant" (technique qui consiste à passer de plan de travail en plan de travail, par étape tout le long de la préparation, sans retour en arrière) est obligatoire.

Il permet d'éviter toute contamination du lait ou du matériel constituant le biberon.

Le principe de séparation du secteur sale et du secteur propre minimise les chances de contaminations croisées entre les ustensiles, déchets et substances avec les produits alimentaires.

Ici, tout est calculé, millimitré pour garantir un niveau de sécurité alimentaire optimal pour les bébés.

En effet, les tout petits ont des défenses immunitaires encore immatures et fragiles dont on doit se préoccuper.

De la conception des locaux à la préparation finale des biberons en passant par le lavage des mains, la tenue de travail, le choix des fournisseur, le stockage des produits et l'élimination des déchets, on ne compte plus les contrôles de température, de traçabilité et de bactériologie!

Il fait froid à la biberonnerie pour éviter la prolifération des germes et son accès est très reglementé. On ne rentre pas comme dans un moulin pour éviter les écarts de température et les contaminations extérieures. Même les mouches sont traquées grâce aux lampes spéciales désinsectiseuses.

Rien n'est laissé au hasard à la biberonnerie et surtout pas l'hygiène. Nettoyage, désinfection, décontamination, stérilisation, traitement sont les maîtres mots au pays des biberons...

Le personnel (diététiciennes, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants, auxiliaires de puériculture, aides soignantes et agents de service hospitaliers) est formé à l'hygiène alimentaire et doit respecter le règlement de la biberonnerie pour se prémunir des contaminations. Les professionnels sont habillés en cosmonautes (masques, charlottes, blouses...) et observent une tenue et une hygiène corporelle irréprochables. L'état de santé du personnel est très important.

On trouve beaucoup de sortes de laits en biberonnerie, le lait de lactarium et le lait des mamans y est gardé précieusement. Les préparations sont individualisées pour chaque bébé en fonction de son âge, son poids, sa santé et ses habitudes.

Voilà un billet qui j'espère vous éclairera sur les biberonneries, lieux peu connus du grand public où Mr Propre n'a qu'à bien se tenir!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #biberonnerie, #lait, #hygiene alimentaire, #allaitement, #lactariym

Repost0

Publié le 31 Janvier 2014

Tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur le lait de bébé

Parmi les 300 références de lait différentes, il est bien difficile de s'y retrouver.

Pour faire un choix éclairé, en France, il faut avoir beaucoup de temps devant soi et et une bonne dose de patience!

Pour vous aider je vous avais concocté un petit guide en juillet dernier que vous pourrez retrouver en cliquant sur ce lien: http://nutritioninfantile.overblog.com/comment-choisir-le-bon-lait-pour-b%C3%A9b%C3%A9

Voici donc un florilège d'idées reçues et interrogations qui méritent d'être tirées au clair pour vaincre l'opacité ambiante qui règne autour des laits infantiles.

Le lait infantile est enrichi en vitamines:

C'est vrai, si vous allaitez votre bébé, il faudra supplémenter votre petit en vitamine K et D pour éviter les carences. Ceci dit, même avec un allaitement artificiel, les apports en vitamine D ne seront pas comblés: http://nutritioninfantile.overblog.com/petite-histoire-de-la-vitamine-d

Les ajouts dans les laits infantiles ne sont pas toujours justifiés scientifiquement:

Jusqu'à présent c'est vrai! Les allégations Santé et les ingrédients sont parfois plus des arguments marketing que scientifiques, néanmoins la loi a changé en 2013 et le décret d'application devrait voir le jour très prochainement. Bientôt tous les ajouts devront être justifiés par des études et les appellations devront être validées par les autorités. Bien sûr, les études étant menées par les fabricants eux-même, le consommateur est en droit de se poser la question de la validité de celles-ci. Malheureusement, vu le coût engendré par de telles études, l'état ne peut s'y atteler...

Le lait infantile est trop chargé en fer et en minéraux comme le calcium et le sodium:

C'est faux, les taux sont soumis à règlementation et il ne faut pas comparer la composition des laits avec celle du lait maternel. En effet, le lait maternel contient d'autres substances permettant de mieux absorber le fer et les sels minéraux. Actuellement, il est encore impossible de copier ces substances, il faut donc augmenter les quantités pour subvenir aux besoins de bébé. De plus la qualité des nutriments étant bien meilleure dans le lait maternel, la qualité prime sur la quantité.

C'est le même principe aussi pour les protéines.

L'arôme de vanille est interdit dans le lait artificiel:

C'est vrai pour le lait 1er âge mais après on peut en retrouver dans certaines préparations.

A l'origine, l'arôme vanille était utilisé pour masquer le goût du fer, on lui reprochait son côté trop chimique et surtout la modification trop prononcé du goût du lait. Les avancées technologiques ont permis d'encapsuler le fer pour parer au désagrément du goût métallique de celui-ci, mais la loi n'a pas statué sur les préparations de suite (à partir de 6mois). J'écrirai un billet spécial à ce sujet.

On peut passer d'un lait hypoallergénique à un autre sans problème:

C'est faux! Les laits (HA) ne sont pas tous équivalents et vous exposeriez votre bébé à un risque allergique en changeant tout seul la marque de lait que vous utilisez...Prudence donc.

Les alternatives au lait de vache sont fortement déconseillées pour les bébés:

C'est vrai et faux à la fois, certains laits sont étudiés pour répondre aux besoins de bébé, comme les versions riz, soja et chèvre. Il faut veiller toutefois à ce que l'appellation "préparation pour nourrissons" soit marquée sur l'emballage. Les autres laits, même si la boîte ressemble à s'y méprendre à une préparation pour nourrissons ne sont pas du tout adaptés. Attention au soja qui aurait des effets néfastes sur la fertilité des petits garçons sur le long terme.

La taurine est mauvaise pour la santé de bébé:

Je ne sais pas mais je dirai que dans le doute mieux vaut s'abstenir! Il est vrai qu'on en retrouve dans le lait maternel, mais comme je le dis plus haut, on ne sait pas si c'est sous la même forme et comment elle est absorbée. Vouloir copier à tout prix le lait maternel est un argument de vente, mais en l'absence d'études sérieuses, les bénéfices restent à démontrer. De plus, certains fabriquants n'en mettent pas dans leurs préparations alors si c'était essentiel, ils seraient déjà en prison non?

Si bébé a la diarrhée, il faut le mettre en régime sans lactose:

C'est faux, les études n'ont pas montré d'incidence sur le transit de bébé lorqu'on enlève le lactose dans l'alimentation de bébé. Seules les diarrhées persistantes et certaines maladies justifient ce régime.

Les laits sur ordonnance sont remboursés intégralement par la sécurité sociale:

Faux, aussi étonnant que cela puisse paraitre, les laits spéciaux sur prescription médicale sont remboursés totalement pour certains, partiellement pour d'autres voir pas du tout!

J'espère vous avoir éclairés sur certains points particuliers concernant les laits artificiels, au risque de me répéter, le lait maternel est l'aliment le plus adapté à votre bébé. Un grand merci à la diététicienne qui m'a apporté toutes ces connaissances.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Janvier 2014

Je ne sais pas si je veux allaiter...

Voilà un vaste débat qui turlupine bon nombre de mamans et futures mamans.

Le choix n'est pas évident et le flux d'informations est abondant.

Comment être en accord avec soi-même concernant l'allaitement au sein ou au biberon?

Pour trouver votre chemin, je vous propose un plan selon plusieurs cas de figure. Bien entendu, vous pourrez peut-être vous retrouver dans plusieurs cas en même temps.

1er cas: Je suis plutôt du genre à anticiper

Voilà une situation qui pourrait paraître idéale de prime abord, mais ce n'est pas toujours vrai.

Votre test de grossesse n'est pas encore positif que vous vous posez déjà la question du mode d'allaitement?

Pas de panique, vous allez avoir de longs mois devant vous pour vous préparer et (chose très importante) préparer votre entourage.

Votre côté prévoyante vous donnera l'avantage d'aller surfer, lire, échanger autour de l'allaitement afin de prévoir, fantasmer, et vous rassurer.

Attention à ne pas trop faire de frais avant l'heure (le marketing des fabricants est féroce !) car tout ne pourrait pas se dérouler exactement comme vous le pensiez. Acheter un stérilisateur (inutile) et une batterie de biberons pour changer d'avis après une tétée d'accueil en salle de naissance serait dommage. De même que se mettre une pression folle pour s'assurer un allaitement au sein serait une erreur qui pourrait même mettre votre projet en péril !

2ème cas: Je m'y prends toujours à la dernière minute

Votre bébé est là et vous vous sentez angoissée car vous n'y connaissez rien?

Vous êtes peut-être encore à la maternité, smartphone à la main, à la recherche désespérée d'avis sur la question. Voilà que vous tombez sur mon blog fortuitement! Restez, et lisez bien:

À moins d'avoir accouché dans la forêt amazonienne vous avez sûrement l'opportunité d'interroger le personnel de la maternité à propos de vos choix? Puericultrices, sage-femmes, auxiliaires de puériculture, médecins sont là pour vous aider. N'hésitez pas à poser vos questions, même si elles peuvent vous paraître bêtes. Si votre cœur balance encore voici quelques contacts utiles:

Votre conjoint

La psychologue du service

Toute personne neutre susceptible de vous aider et d'agir en votre intérêt

En recoupant les informations et en vous écoutant, vous trouverez sûrement la solution qui vous conviendra le mieux.

3ème cas: Je n'arrive pas à me décider

Pour un premier enfant, c'est ce qui arrive le plus souvent. Ne culpabilisez pas, vous êtes la maman et vous êtes la meilleure pour prendre les décisions concernant votre bébé.

Après s'être informée, avoir discuté, fait la balance du pour et du contre, vous n'arrivez toujours pas à vous positionner. Tout ce processus de maturation psychologique est normal et contribue à vous forger votre identité de parent. Vous n'avez pas encore vécu les grands bouleversements qui s'opèrent après l'accouchement et n'avez pas encore rencontré votre petit. Laissez vous du temps et gardez en tête que votre choix n'est pas définitif. En effet, avec l'aide de professionnels confirmés vous pouvez commencer par l'allaitement au sein puis passer au biberon si cela ne vous convient pas ou le contraire. Il suffira de relancer la lactation et avoir un peu plus de patience pour faire accepter le changement à votre bébé. Mais ce n'est pas impossible.

4ème cas: Je n'ai pas confiance en moi

L'allaitement, et de manière générale la maternité sont le début d'une nouvelle vie de femme. La confiance en soi se travaille et vous en sortirez grandie. Ne vous laissez pas influencer dans un sens comme dans l'autre. C'est en général au moment d'une naissance qu'on peut choisir de régler ses conflits (avec sa mère par exemple) ou de se taire et subir le choix des autres au risque de rester sur une note amère qui pourrait bien venir polluer des moments chers et précieux de cet heureux événement qu'est la naissance de votre enfant.

Essayer d'être claire avec vous-même et vous arriverez mieux à être claire avec votre entourage.

Faire un break, accepter de se faire aider ou créer un camp de résistance avec votre conjoint pourrait être salvateur!

Enfin

Sachez que la culpabilisation des nouvelles mamans est monnaie courante dans notre société, alors prenez du recul afin de vous sentir bien dans vos baskets!

Si vous avez décidé d'allaiter au sein, préparez vous aux moments de doutes et de désespoir (parfois) qui jalonneront votre allaitement et demandez-vous si votre choix vous convient toujours et s'il est libre de toute contrainte ou pression de l'entourage.

Au contraire si vous préférez le biberon et que vous regrettez votre choix, tentez de savoir pourquoi l'idée de l'allaitement au sein à suscité ce refus chez vous. Ne restez pas isolée remplie de regrets et demandez de l'aide.

Si vous êtes satisfaite et heureuse de votre allaitement au sein ou au biberon, n'hésitez pas à faire profiter d'autres mamans de votre expérience en prenant garde de ne pas les influencer à votre tour!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #nutrition, #allaitement, #biberon

Repost0

Publié le 8 Janvier 2014

Bébé refuse le lait, que faire?

Les refus de boire du lait par les bébés sont peu fréquents. Cependant ces situations arrivent parfois et peuvent s'avérer stressantes pour les parents.

Pourquoi le lait?

Comme tous les mammifères, les petits êtres humains naissent avec de forts besoins alimentaires pour assurer leur développement harmonieux au cours des premiers mois de leur vie.

Le lait constitue alors l'apport unique et indispensable au régime alimentaire de nos bébés. Le lait le plus adapté à l'enfant est celui de sa mère mais il existe des substituts appelés laits infantiles ou préparations pour nourrissons.

Il contient :

  • Du calcium et du phosphore pour constituer son capital osseux et participer à sa croissance

  • Du fer pour renforcer son système immunitaire et favoriser les échanges en oxygène

  • Des graisses qui contribuent au bon développement du cerveau et de la vue du bébé et qui apportent de l'énergie

  • Des minéraux qui jouent un rôle d'équilibre des cellules

  • Des sucres qui apportent de l'énergie

  • Des vitamines

  • Des protéines qui aident le corps à se régénérer et grandir

  • Des anticorps et bien d'autres composants sont présents dans le lait maternel pour protéger bébé des infections.

Autant dire qu'un bébé qui refuse cette potion magique représente un vrai casse-tête pour les parents surtout si le bébé est très jeune!

Quelle conduite adopter?

Il se peut que le biberon ne plaise pas vraiment à votre enfant. Dans ce cas, quelques stratégies pourraient s'avérer utiles pour contrer ce désagrément.

Le lait à la cuillère, timbale, seringue, ou au verre est une méthode fastidieuse mais qui a fait ses preuves. Soyez patients pour que votre Loulou ne fasse pas de fausse route.

Le changement de tétine est également une solution intéressante à expérimenter. Il existe des formes et des matériaux différents qui peuvent parfois modifier les sensations gustatives ou sensitives lors de la tétée. (Le caoutchouc a un goût léger mais perceptible).

La chaleur du lait peu faire obstacle, certains bébés préférant le lait froid.

Pour compléter ces premières informations, je rajouterai qu'on peut essayer de changer de marque de lait ou d'eau pour la recomposition du biberon.

Selon l'âge de l'enfant, vous pouvez également ajouter un peu de céréales infantiles ou des légumes mixés pour changer la saveur du lait. Les quantités seront adaptées à l'âge de l'enfant. Attention de ne pas brûler les étapes de la diversification alimentaire en proposant des céréales contenant du gluten par exemple.

Pour les plus grands, les produits laitiers autres que le lait pourront assurer les besoins en calcium.

Voir les équivalences des quantités dans mon billet: http://nutritioninfantile.overblog.com/quel-yaourt-pour-bebe

D'autres pistes :

Il se peut que votre bébé veuille grandir avant l'heure et ait envie de faire comme les grands. Dans ce cas, ne le privez pas de boire au bol ou à la paille comme un "grand".

En période d'opposition, son refus peut être interprété comme un moyen d'expression. C'est peut-être une période transitoire, essayez de rester zen et de ne pas trop exprimer votre stress à votre petit. Reproposez-lui plus tard ou posez le biberon en évidence sans trop le regarder.

Mon enfant ayant l'esprit de contradiction, il m'est même arrivé de lui donner son biberon après avoir fait semblant de lui interdire!

Quelques pièges à éviter :

Ne sucrez pas le lait de votre enfant car vous perturberiez son équilibre alimentaire.

Ne modifiez pas l'alimentation de votre enfant sans l'avis d'un professionnel de santé.

Les laits végétaux ne sont pas adaptés aux bébés et ne remplacent pas le lait infantile.

Ne dramatisez pas la situation, il existe sûrement une solution!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #lait infantile, #allaitement, #nutrition infantile, #dietetique infantile

Repost0

Publié le 20 Juin 2013

Les parlementaires vénézuéliens vont plancher sur un projet d’amendement rendant obligatoire l’allaitement dans leur pays. Une idée controversée, dont l’objectif est de réduire les importations de lait infantile.

http://m.marieclaire.fr/,l-allaitement-bientot-obligatoire-au-venezuela,20123,694364.asp

Bon ce n'est pas encore passé mais j'ai du mal à y croire. Comment statuer de la sorte au détriment du respect des libertés des femmes?

Les mamans peuvent faire le choix de ne pas allaiter pour d'autres raisons qu'une contre indication médicale .Les pathologies psychiatriques risquent bien d'être mises de côté et les conséquences pourraient s'avérer catastrophiques pour la mère et l'enfant.

Qu'en est-il de la propriété du corps, de la discrimination homme/femme qui s'accentuera. (Les obligations s'adressent bien entendues aux femmes puisqu'elles sont les seules à allaiter). Pourquoi ne pas rendre obligatoire le changement des couches aux hommes tant qu'on y est?!

Même si les trafics de biberons et de laits maternisés font sourire, ils restent de mise dans ce genre de situation avec tout ce que cela implique concernant la qualité des produits, leur traçabilité et le respect des normes sanitaires attenantes au matériel de biberonnerie.

50000 dollars d'amende en cas de non respect de la loi, c'est dissuasif c'est sûr, mais la prévention, l'accompagnement, l'écoute et l'orientation vers les professionnels compétents se verront-ils entourés pas des mesures économiques adaptées pour éviter les désagréments liées à l'allaitement?

Bientôt les femmes auront-elles des cours de maternage à l'école et les hommes des cours de bricolage... Ça ne vous rappelle rien?

Reste à espérer qu'il n'existera pas de vases communicants entre cet objectif d'augmentation de l'allaitement et l'augmentation des dépressions des mamans et leurs multiples conséquences!

Un biberon donné avec amour sera toujours plus profitable qu'un sein donné â contre-cœur (dixit ma sage-femme)!

La dictature de l'allaitement au Venezuela?

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #allaitement, #Venezuela, #interdiction, #liberté

Repost0

Publié le 30 Avril 2013

Non au lait de soja pour bébé!

Les laits végétaux peuvent séduire en offrant une alternative aux laits traditionnels infantiles mais prudence, ils ne correspondent pas du tout aux besoins des nourrissons!

"Suite au signalement de plusieurs cas graves chez de très jeunes enfants ayant été partiellement ou totalement nourris avec des boissons autres que le lait maternel et ses substituts, l’Agence nationale de sécurité sanitaire s’est autosaisie de l’évaluation des risques liés à ces produits dans l’alimentation des nourrissons de la naissance à 1 an.

L’expertise réalisée par l’Agence montre que ces boissons de consommation courante ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques des nourrissons. L’Anses considère donc que ces produits ne doivent pas être utilisés, que cela soit à titre exclusif ou même partiel, chez l’enfant de moins de un an.

Elle rappelle également que le lait maternel est l’aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson, et qu’hors allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite (à base de protéines animales ou végétales) peuvent couvrir les besoins de l’enfant de moins de 1 an. "

N'oublions pas que bébé connait un moment de croissance et de développement crucial lors de ses trois premières années et que le lait constitue une base alimentaire obligatoire pour les tout petits.

L'utilisation de laits de chèvre, jument, brebis, girafe, riz, soja, etc.... peut même mettre votre enfant en danger de mort!

"L’Agence rappelle, par ailleurs, l’importance de l’équilibre de l’alimentation maternelle au cours de la période de grossesse et d’allaitement. En effet, d’éventuels déficits d’apport en vitamines et minéraux se répercutent sur le nourrisson. Certains modes d’alimentation pouvant conduire à des déficits doivent faire l’objet de précautions ou d’un suivi spécifique. Une attention toute particulière doit être accordée aux femmes ayant une alimentation de type végétalien ou végane (ne consommant aucun produit d’origine animale), qui doivent recevoir une complémentation en vitamine B12 pendant la période de la grossesse et de l’allaitement."

Pour les mamans récalcitrantes, il existe quand même des solutions:

Plusieurs laboratoires se sont penchés sur le sujet en créant des laits alternatifs spécialement conçus pour les bébés... mais attention il contiennent souvent de l'huile de palme, ainsi Gallia a sorti sa version soja, Modillac sa version à base de riz et Prémibio les variétés amande et châtaignes! L'avis d'un médecin est cependant essentiel avant d'adopter ces laits car chaque bébé est différent.

Je conseille plutôt la version riz car il semblerait que le soja contienne des substances pouvant avoir des effets néfastes sur la fertilité des petits garçons sur le long terme.

Concernant les laits amandes, châtaignes, brebis et juments, restez vigilants car le packaging est trompeur: les laits sont présentés comme des préparations pour nourrissons classiques mais ne suffisent pas pour assurer l'équilibre alimentaire de votre petit. Leur utilisation peut avoir des conséquences graves pour la Santé de bébé.

Pour les bébés allergiques au lactose, il existe des laits spéciaux appelés hydrolysats de protéines qui, avec un suivi médical spécial peut résoudre les problèmes allergiques des bébés.

Pour éviter les carences, allergies et infections chez les nourrissons, une réflexion posée et concertée avec les professionnels de la nutrition infantile s'impose. Les bébés ne sont pas des adultes "modèle réduit", la maturité de leurs fonctions vitales et la croissance oblige à respecter des règles strictes en matières d'allaitement.

Je rappelle que l'allaitement maternel constitue le mode de nutrition de premier choix pour les nouveau-nés et qu'il faut le privilégier quand cela est possible.

En savoir plus

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mars 2013

Comment rassurer les parents face aux magouilles des industriels concernant l'huile de palme?

Réponse: Inviter un docteur! Et oui, le docteur a la science infuse et est indemne de tout conflit d'intérêt puisqu'il est par définition probe et indépendant tout le monde le sait.

Donc pour résumer, encore l'argument à deux balles qui justifie la présence d'huile de palme dans les laits infantile.... Il n'y a pas mieux!

C'est vrai que mettre un ingrédient pas cher dans des produits hyper chers pour augmenter les profits des fabricants n'est pas la vrai raison de l'ajout d'huile de palme dans les laits infantiles! Quelle mauvaise langue je fais!

Je suis scandalisée par de tels propos sans fondements scientifiques qui vont dans le sens de toutes les grandes firmes dont les chiffres d'affaires ne font qu'exploser.

L'écologie et la déforestation ne concerne donc personne puisque tout cela se passe loin de chez nous comme on dit "loin des yeux, loin du cœur"!

Quand on sait que le bébés ingurgitent l'huile de palme en continu pendant plusieurs années (dont 6 mois exclusifs de lait) ça me fait mal au cœur.

Pourquoi certaines marques utilisent de l'huile de colza ou de tournesol à la place de la palme si elle est indispensable dans la composition des laits? On devrait donc les retirer du marché puisqu'il s'agirait d'une fantaisie de certains fabricants....

A méditer donc....

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Février 2013

Guide de l'allaitement Maternel

L'allaitement, délaissé puis plébiscité fait l'objet de beaucoup d'ouvrages, revues, articles, forums et émissions.

Entre belle maman qui est pour à 100 pour 100 et mamie qui n'a pas "réussie" (et qui vous souhaite secrètement de ne pas y arriver!), la pression que certains professionnels vous mettent pour allaiter, on peut se sentir un peu perdue pendant les débuts.

Depuis le projet d'allaiter, en passant par les techniques d'allaitement, pour finir vers les associations et professionnels ressources, le guide de l'allaitement maternel est l'ouvrage de référence pour mener à bien votre allaitement.

J'ai testé et approuvé pour vous! Ce guide a su répondre à mes questions en m'accompagnant tout le long de l'allaitement.Il a été élaboré par des pros pour les jeunes mamans et est accessible à tout le monde!

Les points essentiels qui en ressortent sont:

-La nécessité que l'allaitement soit un projet de couple.

-L'interdiction totale de consommation par la maman d'alcool, tabac et médicaments (sauf nécessité médicale) pendant l'allaitement.

-L'importance du bon positionnement du bébé pendant la tétée.

-Ne pas céder à la tentation de compléter les tétées par des biberons de lait infantile.

-L'utilité des crèmes spéciales pour soulager les mamelons.

-L'importance d'apprendre à s'écouter et se faire confiance.

-Les techniques pour soulager les coliques du nourisson.

-Les adresses utiles.

En souhaitant un bon allaitement à celles qui l'on choisi, je vous mets le lien pour retrouver l'intégralité de ce guide.

Bonne Lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #inpes, #pnns, #guide, #allaitement

Repost0