industrie agroalimentaire

Publié le 5 Mars 2013

Même bébé a le droit à ses additifs

J'ai enfin trouvé LE document qui confirmerai mes hypothèses quant à la présence d'additifs dans les aliments destinés aux nourrissons.

L'association de consommateurs l'UFC que choisir a décrypté les étiquettes pour nous!

Je reste sans voix, j'avais donc raison, la règlementation est donc bien laxiste concernant les aliments pour bébés.

Je me pose dons les questions suivantes:

Qui nous pond des textes pareils?

Quand existera-t-il des structures indépendantes pour mener des études sérieuses sur le sujet?

A l'heure des scandales alimentaires avons-nous raison de s'inquiéter?

Les doses maximales fixées prennent-elles en compte l'association de ces additifs entre eux?

Comment ces doses journalières admissibles peuvent-être calculées sur l'échelle d'une vie entière?

Si quelqu'un détient les réponse qu'il me le fasse savoir...

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #additifs, #industrie agroalimentaire, #nutrition

Repost0

Publié le 5 Mars 2013

Comment rassurer les parents face aux magouilles des industriels concernant l'huile de palme?

Réponse: Inviter un docteur! Et oui, le docteur a la science infuse et est indemne de tout conflit d'intérêt puisqu'il est par définition probe et indépendant tout le monde le sait.

Donc pour résumer, encore l'argument à deux balles qui justifie la présence d'huile de palme dans les laits infantile.... Il n'y a pas mieux!

C'est vrai que mettre un ingrédient pas cher dans des produits hyper chers pour augmenter les profits des fabricants n'est pas la vrai raison de l'ajout d'huile de palme dans les laits infantiles! Quelle mauvaise langue je fais!

Je suis scandalisée par de tels propos sans fondements scientifiques qui vont dans le sens de toutes les grandes firmes dont les chiffres d'affaires ne font qu'exploser.

L'écologie et la déforestation ne concerne donc personne puisque tout cela se passe loin de chez nous comme on dit "loin des yeux, loin du cœur"!

Quand on sait que le bébés ingurgitent l'huile de palme en continu pendant plusieurs années (dont 6 mois exclusifs de lait) ça me fait mal au cœur.

Pourquoi certaines marques utilisent de l'huile de colza ou de tournesol à la place de la palme si elle est indispensable dans la composition des laits? On devrait donc les retirer du marché puisqu'il s'agirait d'une fantaisie de certains fabricants....

A méditer donc....

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 22 Février 2013

Décripter les étiquettes des produits bébé

 Nous n'avons pas toujours la chance d'avoir dans notre CV une formation poussée en chimie! Les additifs rencontés sur les étiquettes des produits alimentaires regorgent de termes barbares incompréhensibles.

Quand on commence à étudier l'étiquetage des denrées (ce mot m'a toujours fait penser au film "la soupe au choux"!) alimentaires pour bébés, on se rend compte:   

-Soit qu'on a du louper un chapitre à l'école.

-Soit que les produits industriels sont tellement transformés qu'il faut leur ajouter une multitudes d'ingrédients pour que leur conservation soit longue.

 

Ces termes compliqués n'auront plus raison de votre vigilance puisque je vais vous les traduire... Ainsi, vous saurez ce qu'il y a vraiment dans l'assiette de bébé!

 

 

Voici une liste des ingrédients les plus utilisés par les agro-industriels alimentaires infantiles:

 

 

  • Acide citrique: L'acide citrique est un additif alimentaire (numéro E33011) préparé industriellement par fermentation fongique et utilisé dans l'industrie alimentaire comme acidifiant (soda), correcteur d’acidité, agent de levuration, dans la composition d'arôme (Numéro FEMA/GRAS 2306);

 

  • Acide folique: Autre dénomination pour la vitamine B9.

 

  • Amidon: C' est une des ressources caloriques principales pour l'espèce humaine, car il est le constituant principal des céréales (riz, maïs, blé, sorgho, etc.) et de la pomme de terre. Au contraire des glucides simples qui sont faciles à digérer, l'amidon, du fait de sa structure complexe, rend le travail plus difficile lors de la digestion: on distingue ainsi les glucides rapides des glucides lents . Les amidons transformés sont assimilés au sucre.

 

  • Antioxydant: Les antioxydants les plus connus sont le ß-carotène (provitamines A), l'acide ascorbique (vitamine C), le tocophérol (vitamine E), les polyphénols et le lycopène. Ceux-ci incluent les flavonoïdes (très répandus dans les végétaux), les tanins (dans le cacao, le café, le thé, le raisin, etc.), les anthocyanes (notamment dans les fruits rouges) et les acides phénoliques (dans les céréales, les fruits et les légumes). La présence d'antioxydants est souvent alléguée comme argument publicitaire pour un effet bénéfique sur la santé. Les preuves de ses effets sont cependant faibles.

 

  • Biotine: Autre nom de la vitamine B8.

 

  • Carbonate de Calcium: C'est le composant principal du calcaire et de la craie, mais également du marbre. C'est aussi le principal constituant des coquilles d'animaux marins, du corail et des escargots.

 

  • Coprah: Le coprah sert à la fabrication d'huile de coco utilisée d'une part dans l'alimentation humaine, pour la confection de margarine, et d'autre part dans la fabrication de savon et de cosmétiques, en particulier du monoï en association avec la fleur de tiare tahiti.

 

  • Gluten: Le gluten est un mélange de protéines qui, combiné avec l'amidon, forme l'albumen de la plupart des céréales.Il constitue environ 80 % des protéines contenues dans le blé. Le gluten est responsable de l'élasticité de la pâte malaxée ainsi que de la masticabilité des produits à base de céréales cuits au four. Attention il est responsable d'allergies et d'intolérances.

 

  • Gomme de xanthane: La gomme xanthane est obtenue à partir de l'action d'une bactérie. Elle est soluble à froid et est utilisée comme additif alimentaire sous le code E415 pour ses propriétés épaississantes et gélifiantes afin de modifier la consistance des aliments.

 

  • Graine de caroube:Elle est utilisée de nos jours dans l'industrie agro-alimentaire comme additif épaississant (code E410) pour les glaces, les pâtisseries, les aliments diététiques (pas de gluten dans la caroube).

 

  • L'hydroxyde de potassium: Il est employé en industrie chimique, dans la fabrication du savon et d'engrais il est irritant et corrosif pour la peau, les yeux, les voies respiratoires et digestives!

 

  • Inositol: A ce jour, l'acide phytique E391 ne semble pas autorisé dans l'Union Européenne (directive 2008/84/CE), On le trouve facilement dans l'alimentation, en particulier dans les fruits. Il est également présent chez les plantes c'est notamment le cas des céréales riches en son. Peu d'information sur cet additif!

 

  • Lactose: Le lactose est un élément important dans la nourriture des jeunes mammifères, et est souvent ajouté aux aliments des bébés ; il est également utilisé en confiserie et comme excipient en pharmacie.

 

  • L-Carnitine: Chez les animaux, la carnitine est fabriquée principalement par le foie et les reins. La vitamine C (ou acide ascorbique) est essentielle pour sa fabrication. Pendant la croissance et la grossesse, les besoins de carnitine peuvent dépasser la quantité produite normalement par le corps.

 

  • Lécithine de soja:Les lécithines (E322) sont utilisées comme émulsifiants dans l'industrie alimentaire. Elles sont aujourd'hui majoritairement extraites du soja. La lécithine de soja est un émulsifiant utilisé par exemple dans certaines recettes de chocolat pour améliorer l'homogénéité des ingrédients.

 

  • L-histidine: Acide aminé (ce qui compose les protéines) essentiel au bon développement du nourisson.

 

  • L-phénylalanine: La phénylalanine est un constituant de l'aspartame, utilisé comme édulcorant dans les boissons et les aliments dits « légers » (notamment les sodas light) pour son pouvoir sucrant 200 fois supérieur à celui du saccharose et sa faible valeur énergétique.

 

  • Maltodextrines: Les maltodextrines sont largement utilisées dans l’industrie comme support (arôme…), excipient (médicament ...), ou agent de charge. Elles ont un pouvoir sucrant très faible. Elles peuvent avoir une fonctionnalité (amélioration de la solubilité, de la texture).

 

  • Monodiglycérides: Le E471 est un additif alimentaire composé de mono et di-glycérides d'acides gras alimentaires. Il est employé comme émulsifiant, agent d'enrobage, gélifiant, antioxydant et support pour colorant. Il est obtenu à partir de graisses et produits animaux (panses de bœuf, etc.) soit à partir d'huiles végétales (huile de palme, etc.). Il est encore connu sous le nom "mono et di-glycérides d'acides gras".

 

  • Mortierella alpina: Champignon permettant de fabriquer une huile présente dans le lait infantile pour le supplémenter en acide gras polyinsaturés (essentiels pour le développement cérébral des nourissons).

  • Nucléotides: Dénomination très large de certaines molécules...impossible de savoir ce qui se cache là dessous.

 

  • Palmitate d'ascorbyle: utilisé comme additif alimentaire antioxydant de numéro E 304 contiendrai de la vitamine C et de l'acide palmitique (encore de la palme!) un acide gras saturé.

 

  • Panthothénate de calcium: autre nom de la vitamine B5.

  • Les sulfates divers et variés:

    E520 Sulfate d'aluminium (anhydre) Eviter (!) Toxicité E523 Sulfate d'aluminium ammonique, Sulfate d'aluminium-ammonium Eviter (!) Toxicité E522 Sulfate d'aluminium potassique Eviter (!) Toxicité E521 Sulfate d'aluminium sodique Eviter (!) Toxicité E519 Sulfate de cuivre II, Sulfate cuprique Eviter (!) Toxicité E518 Sulfate de magnésium Ne pas abuser Toxicité E517 Sulfates d'ammonium Eviter Toxicité E516 Sulfates de calcium Ne pas abuser Toxicité E515 Sulfates de potassium Ne pas abuser Toxicité E514 Sulfates de sodium Ne pas abuser Toxicité.......

 

  • Sirop de glucose: sirop contenant de l'eau et du sucre.

 

  • Tartrate de potassium: Le tartrate de potassium E336 est listé comme stabilisant, séquestrant, régulateur d'acidité .

 

  • Tocophérols: Autre nom de la vitamine E.

 

  • Vanilline: Arôme de synthèse de la vanille très controversé par rapport à sa toxicité avant 6 mois et donc interdit dans le lait premier âge.

 

Quelques erreurs et oublis se seront certainement glissés dans ce billet puisque moi non plus je ne suis pas chimiste. Les sources sont difficilement vérifiables (internet) mais les données m'ont toutes semblées cohérentes.

 

Une chose est sûre, il reste encore beaucoup de travail pour les industries afin qu'elles diminuent la liste de leurs ingrédients, et ce, malgrès une "sois disant" législation sévère!

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 18 Février 2013

Une maman bloggeuse se posant elle aussi la question de la légitimé de l'utilisation d'huile de Palme dans le lait infantile à donc écrit à un industriel pour en savoir plus.... Voici donc, la réponse pas très convaiquante de l'industriel:

 

Bonjour, Vous souhaitez des informations au sujet de l'utilisation de l'huile de palme dans certains de nos produits.

(J'ajouterai dans la plupart de nos produits: laits, biscuits, céréales, certains yaourts et j'en passe.... Première tentative = minimisation des faits!)

 

Actuellement, de nombreux articles (presse et internet) remettent en cause l’utilisation de l’huile de palme.

(Et maintenant les autorités avec le projet d'amendement Nutella!)

 

Pourtant, l’huile de palme présente un réel intérêt en nutrition infantile, lorsqu’elle n’est pas hydrogénée. En effet, l’hydrogénation entraine une modification des lipides (ou graisses), ce qui favorise la formation d’acide gras trans, augmentant le risque de maladies cardio-vasculaires.

(Alors là, on essaie de nous embrouiller en nous disant que c'est essentiel... Oui mais alors pourquoi certains industriels n'en mettent pas dans leurs produits si c'est essentiel? Leurs nutritionnistes auraient-ils eu un moment d'égarement? Et merci pour l'information sur les acides gras trans... Estimez vous heureux, on n'hydrogène pas ou plus? les matières grasses!)

 

Ainsi, soyez assurée que l'huile de palme utilisée dans nos produits n'est pas hydrogénée. Comme toutes nos matières premières, elle est soumise à des critères et des contrôles de qualité très stricts.

(Oui c'est comme ça qu'on retrouve de la viande de cheval dans un produit étiqueté pur bœuf! Et que, comme toute législation stricte qui se respecte on contourne royalement ce qui est contournable.... Les industries, si transparentes se sont quand même mis le fardeau des logos du plan national nutrition santé sur le dos... Auraient-elles quelque chose à se reprocher?)

 

En ce qui concerne ses laits infantiles, notre marque a élaboré un profil spécifique de 4 huiles végétales, dans le but de se rapprocher au plus près des qualités nutritionnelles du lait maternel. Les 4 huiles utilisées sont : huile de colza, huile de tournesol, huile de coprah, et huile de palme. En effet, l'huile de palme contient, notamment, de l'acide palmitique : un acide gras saturé naturellement présent dans le lait maternel et important pour le développement du système nerveux de l'enfant.

 

( Et là, on enfonce encore plus le couteau dans la plaie: l'huile de palme et de coprah sont toutes deux bien saturées et donc les moins recommandées dans l'alimentation quotidienne... Et on nous ressert encore l'argument de se rapprocher du lait maternel. Une question me vient: Puisque les français consomment 2kg par an d'huile de Palme grâce à son utilisation à outrance par les industries, n'y aurait-il pas une conséquence directe de cette consommation sur la composition des laits maternels?)

 

Enfin, concernant les aspects environnementaux sachez, qu'à ce jour, 99.78% de nos approvisionnements en huile de palme proviennent de fournisseurs membres de la RSPO - Roundtable Sustainable Palm Oil -, qui est encadrée par le WWF - Fond Mondial pour la Nature. Cette filière assure une production et une utilisation qui doivent être effectuées d'une manière durable basées sur la viabilité économique, sociale et environnementale. En effet, l'huile de palme certifiée durable fournit l'assurance que les forêts de valeurs n'ont pas été déboisées et que des garanties sociales et environnementales sont réunies lors de sa production. Notre marque s'engage à atteindre le 100% fournisseurs certifiés RSPO d'ici à fin 2010.

(Je vous laisse regarder la vidéo de Greenpeace qui est sans équivoque, et nous permet de comprendre comme il est impossible de ne pas déboiser pour produire l'huile de palme tant son exploitation est intensive!)

 

Merci de votre fidélité. Cordialement. Votre conseiller qui ne se gêne pas pour vous mentir et faire du profit sans état d'âme!

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Janvier 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #industrie agroalimentaire, #lait infantile, #loi, #nutrition

Repost0

Publié le 25 Janvier 2013

Article 3 (article R.4127-3 du code de la santé publique) Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine.

Article 3 (article R.4127-3 du code de la santé publique) Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine.

Des médecins de la Société française de pédiatrie signaient en 2008 un article "de synthèse scientifique" qui conclut aux bienfaits des laitages. Qui sont ces médecins et quels sont leurs liens avec l'industrie laitière ? (Mais oui mais dis donc? Je me le demande?)

 

Dans un éditorial de 2008 des Archives de pédiatrie, des médecins du comité de nutrition de la société française de pédiatrie défendaient « la place essentielle des laitages » en appuyant leur démonstration sur un petit nombre d’études sélectionnées, presque toutes payées par l’industrie.

 

Cet éditorial est largement présenté par l’industrie laitière comme la « preuve objective » de l’intérêt des laitages. Par exemple, le CERIN, qui est l’organe de propagande de l’industrie laitière, explique que « les pédiatres ont décidé de réagir dans un éditorial très documenté».

 

On en revient encore et toujours à la même question qui avait fait débat lors des recommandations du plan national nutrition santé qui incitait donc à consommer 3 laitages par jour. http://www.veganisme.fr/Un%20Monde%20Vegan/Mythelait.html

 

Lire l’éditorial de la société française de pédiatrie et la réponse argumentée de Thierry Souccar à ce texte.

L' enquête montre que la plupart des pédiatres ont des liens fréquents et réguliers avec l’industrie laitière. En voici quelques exemples….

 

Pour commencer, la Société française de pédiatrie, simple association de médecins, reçoit un financement du Syndicat des aliments de l’enfance, une organisation créée par les industriels je vous laisse apprécier par vous même http://www.syndicatdesalimentsdelenfance.com/qui-sommes-nous/structure/

 

L’auteur principal de l’éditorial favorable aux laitages est un pédiatre de Nancy. Ce médecin est membre d'un célèbre institut et s’exprimait d’ailleurs en faveur des laitages dans le numéro de mars 2009 de Nutri-Doc, une lettre promotionnelle publiée par le CERIN, qui est l’organisme de propagande de l’industrie laitière.

 

Dans ce même numéro de Nutri-Doc on pouvait lire une interview tout aussi enthousiaste de sa consoeur de l’hôpital St-Vincent de Paul (Paris) - qui a cosigné l’édito de la société française de pédiatrie.

Le Professeur qui a cosigné l’éditorial avec ces médecins, présidait le fameux institut laitier.

Le médecin de l’hôpital Necker, qui a signé l’éditorial avec les deux autres, est alors un conseiller scientifique de Syndifrais, l’intersyndicale des producteurs de produits laitiers.

Un pédiatre lillois lui aussi auteur de l’éditorial de la société française de pédiatrie a ou a eu, selon ses déclarations à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, dont il fait partie, des liens avec plusieurs fabricants de laits artificiels.

Le medecin de l’hôpital St Vincent de Paul (Paris), cosignataire de l’éditorial de la société française de pédiatrie, présidait le 22 novembre 2008 le « symposium-déjeuner » d'un laboratoire bien connu des mamans aux journées de l’Association française de pédiatrie ambulatoire. A ce « symposium-déjeuner » payé par ce même labo intervenait son ami le  pédiatre à Besançon lui aussi cosignataire de cet éditorial.

Le même pédiatre intervenait le même jour sur le thème « Alimentation du jeune enfant : 12 mois l’âge critique », payé par le Syndicat français des aliments de l’enfance.

Un médecin de l’université de Liège, qui a cosigné cet éditorial, reçoit pour ses travaux un financement d'un grand groupe industriel.

Un pédiatre de Necker présidait le symposium du gros institut laitier organisé à Barcelone en octobre 2006. Il intervient aussi pour des congrès payés par d'autres groupes. Il est l’auteur d’une BD sur l’alimentation entérale payée par un des laboratoires.

 

Des Archives de Pédiatrie bien embarrassées

En réponse, Thierry Souccar a soumis un article de synthèse le 25 novembre 2008 sous la forme d’un courrier des lecteurs au journal médical Archives de pédiatrie publié par la Société française de pédiatrie.

Le 13 décembre, le journal répond qu’il ne peut pas publier le texte en l’état. Motif : le « manuscrit est beaucoup trop long avec beaucoup trop de références » pour une lettre aux Archives de Pédiatrie.

Qu’à cela ne tienne, le 29 janvier 2009 Thierry Souccar soumet à la rédaction une nouvelle mouture de l’article, non plus en « courrier » mais sous la forme d’un article de synthèse. Cette fois, les contraintes de longueur ont été respectées et rien en théorie ne s'oppose à sa publication.

Mais le 2 mars, le directeur de la rédaction, le Pr Jacques Sarles lui répond que « quelles que soient les qualités de votre reflexion (sic) sur le sujet concerné, notre vocation n'est pas de publier le genre de document que vous nous soumettez. Je suis donc au regret de vous informer (re-sic) que votre manuscrit ne peut être publié dans les Archives de Pédiatrie. »

 

La "vocation" des Archives de Pédiatrie serait-elle de ne publier que des articles qui flattent leurs sponsors ? Qui poussent à consommer? Qui prend le consommateur pour un mouton? Comment une étude peut être objective si elle est financée par celui qui fabrique les produits en cause?

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Janvier 2013

Des applications "spéciales parents"

La révolution numérique issue de l'apparition des Smartphones et leurs produits dérivés (les applications) conditionne peut-être les modes de consommation et de vie des utilisateurs. Une réflexion par rapport au manque de confiance en soi des jeunes parents et le rapport contra phobique de ceux-ci avec les nouveaux outils made in Steve Jobs.

"Des applications gadgets qui ne doivent pas remplacer l’éducation et la vigilance mais qui peuvent se révéler utiles." (ouais ouais cause toujours....)

Voici quelques exemples d'applications destinées aux parents pour combler un besoin qui s'est fait sentir des commerciaux de l'appli:

BabyMonitor: Le babyphone nouvelle génération.

Placé à coté du lit de votre bébé, le smartphone enregistre les sons et mouvements de votre enfant et vous appelle sur un numéro de votre choix prédéfini afin détecter le moindre problème pendant le sommeil de votre dernier (ou plutôt premier). Cette application vise donc à compléter le panel de baby phones(totalement inutiles et onéreux déjà existant sur le marché) et ce, pour la modique somme de 3.99 euros! (2.99 euros pour son homologue baby phone deluxe)

 

CryTraducteur: Pour décoder les pleurs de son bébé

Alors, là c'est le comble, cette application propose de décoder les causes des pleurs de bébé (faim, ennuie, colère, sommeil, ...) à la place des parents et évidemment ce qu'il faut faire pour que les pleurs cessent. Notons par ici que les dimensions sensoriels, non verbales et instinctives du sujet parent (ce gros incapable non foutu de reconnaitre les besoins de son petit) sont totalement censurées et que les solutions apportées au sujet bébé (ce lardon qui nous embête à brailler tout le temps et qui nous empêche de dormir) ne sont que le fruit d'une notice impersonnelle totalement basées sur des faits non scientifiques. En effet on peut se demander comment une simple machine peut différencier les pleurs de tous les bébés de la terre... Tout ça pour 7.99 euros!

 

Baby Manager: Pour gérer le planning de ministre de bébé

Voici un tableau de bord de la journée de votre petit (heure des repas, quantités absorbées, émission d'urines et/ou de selles...) Une fois les données encodées, un tableau statistique permet de faire un comparatif d'activités pour suivre l'évolution de votre nourrisson. Bon, je sais, je l'ai fait les premières semaines sur papier car j'étais un peu débordée les premiers temps mais je trouve quand même un peu restrictif les items proposés (entrées et sorties). Je note quand même qu'à côté de ça nous prenions des photos et nous remplissions un cahier souvenir des premiers mois. Heureusement c'est totalement gratuit.

 

Pabobo La veilleuse musicale nomade

Evidemment qui dit faiblesse dit business et la célèbre marque de veilleuse l'a bien compris. Voici une application qui transforme le téléphone en veilleuse musicale réglable. Berceuses à gogo et réglage lumineux en route, plus besoin de câliner, chanter, jouer pour coucher son enfant... C'est gratuit mais c'est de la pub! Dans la famille pub je veux aussi Dodo-Sitter, en partenariat avec Verbaudet et Nestlé bébé pour bien nourrir son enfant.

 

Ichildren: L'agenda du parent mal organisé

Ichildren vous permet de noter les RDV chez le médecin, les rappels de vaccin, les allergies et tout ce qui touche à la Santé (ô combien précieuse) de votre trésor. C'est vrai que les outils déjà en place comme le calendrier des visites obligatoires de la CAF, le calendrier vaccinal de l'enfant (élaboré par les professionnels de santé) et tout simplement votre tête sont trop peu fiables pour s'assurer de la parfaite santé de votre progéniture! Si on commençait déjà à bien remplir les carnets de Santé? Car je vois mal le médecin des urgences vérifier les allergies sur l'iphone des parents! 0.79 euros sera le prix à payer pour bénéficier de cette appli.

 

Bébé Doudou: le doudou virtuel

Tous les moyens sont bons pour calmer bébé. Sélectionnez un doudou virtuel parmi la gamme proposée, choisissez la musique et placez le téléphone devant votre enfant. La peluche s'anime et chante. Exposez votre enfant aux ondes dès le plus jeune âge et ne suivez pas du tout les recommandations de l'OMS parmi laquelle "pas d'écran avant trois ans" A bon entendeur... Prix : 0,79 € (Dans le même acabit on trouvera également Baby beats qui reproduit les battements du coeur du bébé pour le calmer!)

 

Baby’s first: Une application pour créer des diaporamas, des montages photo ou encore des scrapbooks de bébé... Celle ci est intéressante, je ne vais pas tailler un short à toutes et il faut vivre avec son temps, voici au moins une idée qui ne se sert pas des hésitations naturelles des jeunes parents et qui propose vraiment un outil sympa pour immortaliser les premiers moments familiaux. Dommage qu'elle soit payante (0.99 euros)

Votre enfant grandit : des applications pour surveiller, pister, éduquer, organiser: Mes enfants - 1,59€ Pour suivre la scolarité des plus grands ICurfew - 0,79€ Pour savoir où sont vos enfants Ivacances - Gratuit - Pour organiser les vacances de toute la famille avec brio On ne les arrête plus! Dire qu'il faudrait que les gens arrêtent de les acheter pour plus que ça se vende comme disait Coluche.

Je rappelle juste que tout ce qui est mis sur internet est public et peux tomber entre toutes les mains. Pour revenir à nos moutons je conclurai en disant que OUI il est normal d'avoir des doutes quand on est jeune parent et que NON cela ne doit pas devenir une source de profit pour les grandes firmes (Y compris les industriels agroalimentaire infantiles).

Allez, parents, haut les cœurs, vous êtes les meilleurs...faites vous confiance MERDE! PS: Toute omission d'appli qui donne les bonnes quantités de lait, allaitent à votre place, propose des jeux d'éveil et/ou éducatifs, vous expliquent comment enfiler un pyjama et j'en passe, ne serait que pure coïncidence...

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #industrie agroalimentaire, #marketing

Repost0

Publié le 15 Janvier 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #industrie agroalimentaire, #malbouffe, #huile de palme

Repost0

Publié le 5 Janvier 2013

Il faut se méfier des aliments qui font croire aux enfants que la nourriture doit être très salée ou très sucrée pour avoir bon goût.

Les repas et collations en petits formats destinés aux bébés et aux jeunes enfants contiennent une grande quantité de sucre et de sel, et tendent à normaliser une alimentation malsaine à un âge extrêmement jeune, selon une nouvelle étude.

Parmi les produits on trouve des barres de céréales, des repas pour enfants à chauffer au micro-ondes, des collations à la gelée de fruits et des purées-desserts pour bébés.

Beaucoup de ces produits contiennent de fortes teneurs en sel ou trop de calories issues du sucre.

Le fait qu'il y ait sur le marché des aliments comme des « biscuits organiques de première qualité pour bambins » suggère qu'il est parfaitement acceptable de nourrir son jeune enfant avec des biscuits ou de lui donner un dessert après son repas.

Les bébés n'ont pas besoin de terminer leur repas par un dessert.

De tels produits sont apparus dans les cinq dernières années et qu'ils sont susceptibles d'attirer des parents qui manquent de temps. De tels produits bénéficient d'un « effet de halo ».

Les parents supposent que ces aliments sont bons pour la santé puisqu'ils sont destinés aux enfants.

« Les gens s'attendent à ce que ces produits respectent des normes élevées parce qu'ils sont destinés à de très jeunes enfants. Dans les faits, ce n'est pas nécessairement le cas. »

En raison des nombreux cas d'obésité infantile, les parents doivent se méfier des aliments qui font croire aux enfants que la nourriture doit être très salée ou très sucrée pour avoir bon goût.

Extrait d'une étude, financée par le Centre pour la science dans l'intérêt public du Canada, publiée dans le Journal of Public Health.

 

Les collations pour bébés encouragent la malbouffe

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Décembre 2012

The Greenwasher's BlogUn oeil sur les marques engagées et la communication du développement durable.Campagne Blédina ‘Mon 1er Petit Pot’La marée n’apporte pas forcément des campagnes sur le ton d’Ecofolio pour le recyclage du papier. Vous avez également pu voir les affiches de Blédina pour la nouvelle recette de ses 1ers petits pots. C’est joli, esthétique mais j’espère ne pas être seule à tiquer à la lecture de l’argumentaire… Pour découvrir la carotte, autant manger de la carotte (idem pour la banane). Proposition de sous-titre à usage des parents : avant, on n’utilisait pas vraiment de carottes ni de bananes pour les petits pots de vos bambins, mais ne vous inquiétez pas, nos agronomes et diététiciens ont fait de leur mieux pour vous présenter une recette vraiment à base de fruit.

Tout est dit... No comment!
Tout est dit... No comment!

Voir les commentaires

Repost0