pnns

Publié le 9 Août 2013

Je ne sais pas cuisiner!

Qu'on se le dise, personne n'est né avec une casserole dans la main! Dites-le vous une bonne fois pour toute: "c'est bien en cuisinant qu'on devient cuisinier". Pour nourrir bébé sainement sans passer par la case petits pots, il va falloir mettre la main à la pâte. Mais comment faire quand on ne sait pas cuisiner?

S'intéresser

Pour commencer, je crois qu'il faut d'abord s'intéresser à la cuisine et à la nutrition. Bonne nouvelle, vous venez de franchir le pas en cliquant sur cet article! Si la cuisine ne vous branchait pas avant, l'arrivé d'un petit estomac dans la famille pourrait bien faire tomber les appréhensions que vous aviez jadis.

Faire simple

Chouette me direz-vous, mais par ou commencer quand on est du genre resto/junk food/dîners chez les autres/aimer la cantine/ne pas savoir casser un œuf? N'en faites pas un fromage (haha je suis en forme aujourd'hui) un seul mot d'ordre : LA SIMPLICITÉ.

Oui, vous ne rêvez pas, la cuisine n'est pas si compliquée. C'est vrai qu'en regardant les émissions de téléréalité culinaires actuelles, vous pourriez ne pas y croire mais ils existe des recettes de base inratables et très simples à réaliser. Votre jury de 6 mois et plus (votre mari par exemple) ne vous crachera pas votre plat au visage pour un simple oubli de ciboulette ou une erreur de présentation!

La bonne nouvelle concernant la simplicité est que les débuts de gastronome de votre bébé se feront progressivement et sans chichis. En effet, les premières purées n'auront pas besoin d'être assaisonnées, en sauce, rôties, dorées et croustillantes. Non c'est de la purée, basta! Profitez donc de l'apprentissage du goût de votre tout petit pour vous initier à un plaisir de la vie qui m'est cher: La cuisine. Ainsi, au fur et à mesure de la diversification alimentaire de bébé vous pourrez faire votre "diversification culinaire."

Il se pourrait même que vous réappreniez à manger sainement...

S'équiper

Le problème qui se posera à vous pour bien commencer sera de s'équiper. Quand on ne cuisine pas, on ne dispose pas de l'arsenal du parfait cuisinier dans sa cuisine. Vous n'avez peut-être qu'un micro-onde et quelques plats mais détrompez-vous, investir dans une batterie complète ne sert à rien quand on débute. Il vaut mieux s'équiper progressivement dans les solderies bon marché ou sur les foires à tout. Et dans quelques mois, vous disposerez du nécessaire et non du superflu. J'ai parcouru plusieurs forums traitant du sujet où de bonnes âmes bien attentionnées ont rédigé des listes faramineuses qui risqueraient bien de vous décourager avant même d'avoir commencé!

Se documenter

A l'heure d'internet, il est facile de se procurer des conseils culinaires sur les forums de discussions, sur les blogs de cuisine ou les sites de recettes. Pour aider les débutants, vous verrez par vous même que les recettes sont classées par difficultés, coûts, mots-clefs, etc.... Il existe même des sites de recettes dédiées aux tout petits. Par ailleurs, bon nombres de vidéos sur internet vous permettront de visualiser les différentes étapes de réalisation des plats.

Les livres sont également de bons outils si vous les sélectionnez à votre portée. Cependant, munissez-vous d'un dictionnaire car le jargon culinaire peut parfois être déstabilisant.

S'entourer

Même si vous n'avez pas Cyril Lignac parmi vos amis, je suis certaine qu'en cherchant bien, un de vos proche est un fin cordon bleu. Pour ma part, je dirai de ma mère qu'elle est ma muse en la matière. N'hésitez pas à solliciter vos proches, même par téléphone pour vous conseiller et vous approprier quelques trucs et astuces. Vous pouvez également vous payer le luxe d'un cours de cuisine avec un professionnel. (Phénomène très en vogue en ce moment.)

S'organiser

Le projet a déjà bien cheminé dans votre tête mais il reste un obstacle de taille : comment allez-vous vous organiser? Vaste programme! Pour ne pas être pris au dépourvu, il faut commencer par remplir le garde-manger avec une base (et là je dégaine le Larousse!)

La meilleure solution pour parer aux imprévus est d'avoir sous la main :

- dans mon placard : fruits secs, épices, cubes
de bouillon, pâtes, riz, semoule, lentilles, sucre, miel, café, cacao, plaque de chocolat, farine, levure thon, fruits au sirop, sauce tomate
« améliorée » et bien sûr sel, huile et vinaigre...

- dans mon réfrigérateur : lait, yaourt, crème fraîche, beurre, fromage râpé, œufs, moutarde, olives...

- dans mon congélateur : pain,herbes, fond de pâte feuilletée ou brisée, filets de poisson, viande...

Ensuite vous pourrez planifier vos menus de la semaine sur un calendrier avec la liste de courses qui va avec. Ou encore vous aider de la fabrique à menus: http://www.mangerbouger.fr/bien-manger/la-fabrique-a-menus.html#menu

Une initiative innovante tirée du Plan National Nutrition Santé vous permettant de vous inspirer de menus équilibrés, de saisons et variés qui génère automatiquement la liste de courses en fonction du nombre de personnes à nourrir. Dommage que la version bébé n'existe pas.

Se lancer

Maintenant que vous avez toutes les poëles en main, il ne vous reste plus qu'à prendre confiance en vous, vous armer de patience, tâtonner, tester, créer, goûter et d'ici quelques semaines vous maitriserez déjà quelques menus faciles à mettre en œuvre ou en hors d’œuvre! Quel plaisir de faire plaisir à ceux qu'on aime, à ses papilles et à son porte-monnaie!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #astuce, #pnns, #cuisine, #nutrition

Repost0

Publié le 26 Juillet 2013

L'équipe du département de Seine Maritime a crée des petites fiches outils pour aider les parents à s'y retrouver en matière d'alimentation de l'enfant.

Je les mets en lignes pour votre gouverne personnelle en espérant qu'elles vous seront utiles.

Vous y trouverez des informations concernant les quantités, les rythmes des repas ainsi que le contenu nécessaires à vos enfants.

Elles sont aussi téléchargeables sur le site du département dans la rubrique enfance.

fiches nutritionnelles du département

a partir de 6 mois

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #prevention, #pnns, #dietetique infantile, #nutrition

Repost0

Publié le 19 Mai 2013

Gare aux sucreries

Le sucre est une substance nutritive omniprésente dans notre alimentation, très appréciée par les humains, et ce, bien avant la naissance.

En effet, il apparaitrai que le futur bébé, dans le ventre de sa mère augmenterai son rythme de succion en présence de sucre dans le liquide amniotique.

Plaisir et sucre sont donc étroitement liés, certaines maternités utilisent le sucre de canne liquide à téter pendant les soins douloureux (prise de sang, perfusion, etc....)

Mais que se cache-t-il derrière cette diabolisation actuelle du sucre et autres slogans "ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé"?

Voici donc les éléments essentiels pour bien savoir consommer le sucre en préservant la santé de bébé:

Quelques notions simples:

Les sucres sont classés en différentes familles (glucose, fructose et saccharose), ils sont de très petite taille et passent donc très vite dans le sang, c'est pour cela ,qu'on les appelle aussi les sucres rapides.

Les sucres proviennent surtout des végétaux:

(Source Wikipédia)

Les différentes formes de sucre:

On retrouve à l'état simple, le sucre sous forme de poudre, morceaux, semoule, sucre glace, cassonade, complet, raffiné ou non, vergeoise, sirop, miel.

On les retrouve principalement dans les aliments sucrés: sodas, bonbons, pâtisseries, barres chocolatées, fruits, céréales de petits déjeuner mais il existe aussi des sucres dit "cachés" qui peuvent vous compliquer la tâche.

Le ketchup, le vinaigre balsamique, la sauce barbecue, les plats préparés salés comme la moussaka, le thon à la catalane, ou les petits pois en conserve par exemple, cachent bien leur jeu de même que le pain de mie et les biscottes.

Les étiquettes comprenant les termes maltose, lactose, sirop, sucrose, saccharose, fructose et concentré de fruits, indiquent la présence de dérivés sucrés.

Les propriétés du sucre:

Ces propriétés se classent en quatre grandes catégories : sensorielles, physiques, microbiennes et chimiques. Elles font aussi du sucre une substance exceptionnelle dans les utilisations autres que pour les aliments.

Les risques d'une alimentation trop riche en sucre:

Les variations trop grandes du taux de sucre dans le sang (glycémie) provoquent des pics d'insuline (hormone qui régule la glycémie) qui sont à l'origine du fameux coup de pompe et de l'envie de consommer du sucre immédiatement.

Quand la consommation de sucre est supérieure aux besoins de l'organisme, celui-ci va les stocker sous forme de réserves (glycogène et graisses) favorisant ainsi la prise de poids.

Le risque d'apparition de caries n'est plus à démontrer concernant le sucre, le brossage des dents devenant inefficace face aux grignotages sucrés.

La consommation excessive de sucre se faisant au détriment d'autres aliments essentiels provoque des carences en vitamine, oligo-éléments et en calcium surtout.

L'"addiction" à proprement parler au sucre n'a pas été démontrée scientifiquement mais reste sujette à polémique dans nos contrées industrialisées.

Il n'existe pas de lien avéré entre hyperactivité et sucre, rassurons nous.

Il faut donc consommer le sucre avec modération et dans les bonnes proportions pour éviter tous ces désagréments et bien équilibrer les apports glucidiques.

Les recommandations du plan national nutrition santé:

Voici donc en fichier joint les recommandation du PNNS afin de bien réguler les apports en sucre de bébé. La règle d'or reste la même que pour les autres aliments: "variété et modération".

Ne diabolisez pas le sucre au risque d'avoir le retour de médaille à l'adolescence et laissez aussi votre bébé (à partir de sa troisième année) succomber à la tentation!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #pnns, #dietetique infantile, #sucre, #nutrition

Repost0

Publié le 11 Février 2013

Guide de l'allaitement Maternel

L'allaitement, délaissé puis plébiscité fait l'objet de beaucoup d'ouvrages, revues, articles, forums et émissions.

Entre belle maman qui est pour à 100 pour 100 et mamie qui n'a pas "réussie" (et qui vous souhaite secrètement de ne pas y arriver!), la pression que certains professionnels vous mettent pour allaiter, on peut se sentir un peu perdue pendant les débuts.

Depuis le projet d'allaiter, en passant par les techniques d'allaitement, pour finir vers les associations et professionnels ressources, le guide de l'allaitement maternel est l'ouvrage de référence pour mener à bien votre allaitement.

J'ai testé et approuvé pour vous! Ce guide a su répondre à mes questions en m'accompagnant tout le long de l'allaitement.Il a été élaboré par des pros pour les jeunes mamans et est accessible à tout le monde!

Les points essentiels qui en ressortent sont:

-La nécessité que l'allaitement soit un projet de couple.

-L'interdiction totale de consommation par la maman d'alcool, tabac et médicaments (sauf nécessité médicale) pendant l'allaitement.

-L'importance du bon positionnement du bébé pendant la tétée.

-Ne pas céder à la tentation de compléter les tétées par des biberons de lait infantile.

-L'utilité des crèmes spéciales pour soulager les mamelons.

-L'importance d'apprendre à s'écouter et se faire confiance.

-Les techniques pour soulager les coliques du nourisson.

-Les adresses utiles.

En souhaitant un bon allaitement à celles qui l'on choisi, je vous mets le lien pour retrouver l'intégralité de ce guide.

Bonne Lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #inpes, #pnns, #guide, #allaitement

Repost0

Publié le 26 Janvier 2013

Le passage de l'alimentation lactée à l'alimentation solide est toute une aventure tellement les recommandations des professionnels sont multiples et changeantes au fil des recherches scientifiques.

Pour aider les parents à s'y retrouver, le tableau d'introduction des aliments qui se trouve dans le carnet de Santé de votre enfant risque de vous être utile...

Pour reprendre les grandes lignes, le lait (sous toutes ses formes) est indispensable jusqu'à trois ans.

Les légumes secs seront introduits vers 15-18 mois.

Sauf antécédents d'allergies familiales, le gluten pourra être consommé à partir du 7eme mois.

Concernant les protéines animales (viande, poisson, oeufs) on pourra appliquer la règle du "10 grammes par année d'âge". Donc si je calcule bien...à 50ans c'est l'entrecôte de 500g! (dédicace spéciale à mon beau père au régime qui a sauté sur l'occasion!)

Ne diabolisez pas les matières grasses et usez-en sans en abuser.

L'eau est la seule boisson indispensable (retardez le plus possible la consommation de jus de fruits, sodas et ne jamais donner d'alcool à un enfant).

Une parenthèse concernant l'adjonction de sucre dans le biberon d'eau pour inciter bébé à boire: Ce n'est pas recommandé du fait des risques de caries, obésité et perte de plaisir de consommer de l'eau pure!

L'eau sera préférée en bouteille et non minéralisée (elle doit comporter le logo "convient à l'alimentation du nourisson") .

Au risque de me répéter, limitez le sel et les produits sucrés.

Bon appétit les petits....

diversification alimentaire

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Décembre 2012

Repost0