Publié le 30 Avril 2013

Non au lait de soja pour bébé!

Les laits végétaux peuvent séduire en offrant une alternative aux laits traditionnels infantiles mais prudence, ils ne correspondent pas du tout aux besoins des nourrissons!

"Suite au signalement de plusieurs cas graves chez de très jeunes enfants ayant été partiellement ou totalement nourris avec des boissons autres que le lait maternel et ses substituts, l’Agence nationale de sécurité sanitaire s’est autosaisie de l’évaluation des risques liés à ces produits dans l’alimentation des nourrissons de la naissance à 1 an.

L’expertise réalisée par l’Agence montre que ces boissons de consommation courante ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques des nourrissons. L’Anses considère donc que ces produits ne doivent pas être utilisés, que cela soit à titre exclusif ou même partiel, chez l’enfant de moins de un an.

Elle rappelle également que le lait maternel est l’aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson, et qu’hors allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite (à base de protéines animales ou végétales) peuvent couvrir les besoins de l’enfant de moins de 1 an. "

N'oublions pas que bébé connait un moment de croissance et de développement crucial lors de ses trois premières années et que le lait constitue une base alimentaire obligatoire pour les tout petits.

L'utilisation de laits de chèvre, jument, brebis, girafe, riz, soja, etc.... peut même mettre votre enfant en danger de mort!

"L’Agence rappelle, par ailleurs, l’importance de l’équilibre de l’alimentation maternelle au cours de la période de grossesse et d’allaitement. En effet, d’éventuels déficits d’apport en vitamines et minéraux se répercutent sur le nourrisson. Certains modes d’alimentation pouvant conduire à des déficits doivent faire l’objet de précautions ou d’un suivi spécifique. Une attention toute particulière doit être accordée aux femmes ayant une alimentation de type végétalien ou végane (ne consommant aucun produit d’origine animale), qui doivent recevoir une complémentation en vitamine B12 pendant la période de la grossesse et de l’allaitement."

Pour les mamans récalcitrantes, il existe quand même des solutions:

Plusieurs laboratoires se sont penchés sur le sujet en créant des laits alternatifs spécialement conçus pour les bébés... mais attention il contiennent souvent de l'huile de palme, ainsi Gallia a sorti sa version soja, Modillac sa version à base de riz et Prémibio les variétés amande et châtaignes! L'avis d'un médecin est cependant essentiel avant d'adopter ces laits car chaque bébé est différent.

Je conseille plutôt la version riz car il semblerait que le soja contienne des substances pouvant avoir des effets néfastes sur la fertilité des petits garçons sur le long terme.

Concernant les laits amandes, châtaignes, brebis et juments, restez vigilants car le packaging est trompeur: les laits sont présentés comme des préparations pour nourrissons classiques mais ne suffisent pas pour assurer l'équilibre alimentaire de votre petit. Leur utilisation peut avoir des conséquences graves pour la Santé de bébé.

Pour les bébés allergiques au lactose, il existe des laits spéciaux appelés hydrolysats de protéines qui, avec un suivi médical spécial peut résoudre les problèmes allergiques des bébés.

Pour éviter les carences, allergies et infections chez les nourrissons, une réflexion posée et concertée avec les professionnels de la nutrition infantile s'impose. Les bébés ne sont pas des adultes "modèle réduit", la maturité de leurs fonctions vitales et la croissance oblige à respecter des règles strictes en matières d'allaitement.

Je rappelle que l'allaitement maternel constitue le mode de nutrition de premier choix pour les nouveau-nés et qu'il faut le privilégier quand cela est possible.

En savoir plus

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Avril 2013

Mon bébé a un reflux gastro-œsophagien que faire?

Les problèmes de reflux gastriques sont fréquents chez les bébés. Qui dit fréquent ne veut pas forcément dire bénin... Prudence donc!

Les causes du reflux gastro-œsophagien ( RGO) chez les nourrissons:

- Ventre bien rempli : l'alimentation des bébés est exclusivement lactée et liquide durant les 6 premiers mois de vie. Or les quantités ingurgitées proportionnellement à son poids sont énormes!

En comparaison avec l'adulte, les quantités de lait équivalent à 7 litres par jour ce qui explique en partie les reflux. De plus, une alimentation liquide remontera plus facilement qu'une alimentation solide.

- L'immaturité digestive du sphincter (muscle) qui ferme l'ouverture supérieure de l'estomac favorise aussi ces reflux. Ce sphincter appelé cardia qui se trouve entre l'œsophage et l'estomac est censé resté fermé après le passage des aliments. Or il arrive très souvent qu'il ne se ferme pas totalement, favorisant les remontées de lait.

- La position couchée: Un bébé reste couché une longue partie de la journée car il ne tiens pas assis seul. Cette position favorise les reflux car l'attraction terrestre retenant le liquide vers le bas en position debout, ne s'applique pas sur la position couchée.

Comment repérer un RGO?

Les tétés deviennent difficiles, bébé pleure souvent, il est grognon, dors mal, tousse souvent, a les poumons qui sifflent, régurgite après le repas ou refuse le biberon malgré la faim.

Tous ces signes doivent alerter les parents afin de prendre en charge rapidement le reflux et ainsi diminuer les risques de complications.

Conseils et astuces pour limiter les reflux:

- Surélever la tête de lit au moyen d'un plan incliné ou d'un coussin sous le matelas peut améliorer le confort digestif.

- Placer bébé dans un transat incliné est aussi un bon moyen de garder bébé en position semi-assise.

- Éviter de coucher bébé directement après la tétée permettra également à la digestion de débuter sans tracas.

- Ne pas trop serrer la couche ou utiliser des pantalons à la bonne taille évitera de créer une pression sur le ventre de bébé, ce qui favorise les remontées.

- Il est possible dans certains cas de fractionner les repas. (Pas toujours évident à mettre en œuvre, demandez à votre médecin .)

- N'oubliez pas de faire faire son rot à bébé même si il est allaité au sein!

De nombreux traitements existent pour lutter contre le RGO :

- Le lait épaissi (qui a tendance à constiper) que l'on trouve sous la dénomination AR (antirégurgitation) suffit quelquefois à régler les problèmes de reflux.

- Il existe aussi des épaississants naturels que vous pouvez ajouter dans le biberon (de lait maternel par exemple ).

- Les médicaments qui diminuent la fabrication d'acide gastrique, ou les protecteurs de l'estomac (à donner après la tétée) peuvent être prescrit pour aider bébé à passer ce cap difficile.

Souvent les reflux disparaissent vers l'âge de six mois, il faut rester cependant vigilant par rapport à la courbe poids/taille de l'enfant et ne pas hésiter à consulter pour se rassurer sur l'état de santé de votre petit.

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Repost0

Publié le 7 Avril 2013

Mon bébé aime les légumes

La soupe fait grandir, les épinards rendent fort comme Popeye... Depuis toujours les parents rivalisent d'imagination pour que leurs enfants mangent des légumes.

De plus, le plan national nutrition santé recommande de consommer au moins cinq fruits et légumes par jour.

Un petit éclaircissement concernant le rapport qu'ont les enfants aux légumes, les bienfaits d'une consommation régulière en végétables ainsi que quelques astuces pratiques pour aider les parents, leurs pulls, papiers peints, tapis et j'en passe!

Les bienfaits des légumes

Les légumes présentent beaucoup d'avantages nutritionnels:

  • ils apportent des antioxydants (permettant de neutraliser les substances qui s'attaquent à nos cellules)
  • diminuent les risques de cancer et de maladies cardio-vasculaires
  • ils permettent de remplir l'estomac tout en étant très légers sur le plan énergétique
  • ils favorisent le transit car sont riches en eau et en fibres
  • ils regorgent de vitamines nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme

Transformons nos enfants en lapins!

Ces mesures ne sont pas si simples à mettre en place: si votre bébé souffre à cause d'une poussée dentaire, d'une fièvre liée à une maladie, d'un besoin d'affirmer sa personnalité, tout cela pourrai bien vous compliquer la tâche.

Les enfants ont souvent peur des nouveaux aliments, cela s'appelle la néophobie alimentaire. Il s'agit d'un réflexe inné lié à une peur ancestrale de l'empoisonnement. Il faut représenter plusieurs fois un légume nouveau pour que bébé comprenne que cela est bon pour lui et l'accepte.

Dans la rubrique ancestrale, j'ajouterai que les bébés ne sont pas dupes, ils se tournent volontiers vers les aliments blancs comme le riz et les pâtes car ils savent que les apports en sucres lents vont leur permettre de se rassasier et de tenir jusqu'au repas suivant.

"Cinq fruits et légumes par jour"

L'anxiété que génère chez certains parents fragiles le non respect des recommandations du plan national nutrition santé en matière de fruits et légumes peut parfois conduire à des comportements agressifs. A l'hôpital Armand-Trousseau, le Professeur Patrick Tounian (responsable de l'unité de nutrition pédiatrique à Paris) a ainsi vu plusieurs enfants subir des violences parcequ'ils ne parvenaient pas à atteindre les cinq portions quotidiennes.

Ces comportements pouvant induire un dégoût prononcé et durable pour les fruits et légumes. ("L'alimentation de vos enfants", F.Flex, P. Tounian, ed.denoël, Août 2010)

De plus la notion de quantité reste bien flou concernant ce slogan du plan national nutrition santé. Faut-il manger 5 cougettes, 3 assiettes de courgettes et deux ananas, 5 cerises, une tranche d'ananas et 5 cerises, 1 cougette et 4 ananas? Tout dépend de l'individu et du poids de la portion!

Selon le site http://www.mangerbouger.fr :

Une portion est l’équivalent de 80 à 100 grammes, soit, pour avoir une idée simple, la taille d’un poing ou deux cuillères à soupe pleines. C’est par exemple : une tomate de taille moyenne, une poignée de tomates cerise, 1 poignée de haricots verts, 1 bol de soupe, 1 pomme, 2 abricots, 4-5 fraises, 1 banane… Mais le calcul de ces données inclus toutes les tranches d'âges, les différents modes de vie, les différences organiques de chacun, etc... qui sont à prendre en considération dans vos choix nutritionnels.

Quelques astuces et conseils pour finir:

Un enfant en bonne santé ne se laissera JAMAIS mourir de faim soyez rassurés! Plus vous entrerez en "guerre" avec lui... plus la situation s'envenimera. Restez Zen et prenez du recul sur la situation.

Vous pouvez faire découvrir la cuisine à bébé en lui proposant d'écosser les petits pois, ou en tournant la purée avec vous. Une petite cueillette pédagogique à la ferme lui permettra de mieux visualiser l'origine des ingrédients de son assiette, lui permettant ainsi de mieux les accepter un fois cuisinés. Une jolie table avec une assiette présentée de façon ludique permet également de désamorcer certains blocages psychologiques.

Il existe un tas d'outils sur internet pour permettre à votre petit de découvrir les légumes comme les coloriages, les idées de décoration et présentation d'assiette, les jeux de société,etc...

Ne punissez pas votre enfant s'il ne mange pas, le dessert n'est pas une récompense non plus! Essayez de dîner en famille pour que le moment du repas soit convivial et chaleureux.

Eteignez la télévision pour faire place au dialogue et ne proposez pas 36 menus différents à un bébé qui n'a pas faim.

Mon père disait un vieux dicton "qui dors dîne", un repas sauté ou incomplet n'est pas dramatique si toutefois l'équilibre sur la semaine est préservé...

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #astuce, #education, #diététique infantile, #nutrition

Repost0