marketing

Publié le 28 Juillet 2013

Comment choisir le bon lait pour bébé?

Je vais essayer de vous concocter un petit guide pour choisir le lait qui conviendra le mieux à votre loulou en prenant point par point les éléments essentiels qui orienteront votre choix.

  • Point n°1: Quel âge a votre bébé?​

-Bébé prématuré: Lait spécial à choisir avec avis d'un spécialiste

-De 0 à 6 mois: Lait 1er âge, comme son nom l'indique, ce lait est idéal pour bien commencer et est parfaitement adapté aux tout petits. (code couleur bleu).

-De 6 mois à 1 ans: Lait 2ème âge, ce lait s'adapte à la croissance de votre bébé et à sa maturité physiologique, ne le commencez pas avant les 6 mois révolus (code couleur rose).

-De 1 à 3 ans: Lait de croissance, ou de suite ou junior, les appellations changent en fonction des fabricants et le code couleur également! (On commence déjà à s'embrouiller... Pas de panique c'est fait exprès!) Ces laits sont intéressants pour éviter les carences chez les grands bébés notamment pour le fer et les acides gras.

  • ​Point n°2: En relais ou en complément de l'allaitement​

Les fabricants à la pointe de l'innovation ont pensé à tout et surtout aux mamans stressées, je ne conseille pas tellement ces laits dit "relais" bourrés de pré et probiotiques qui auraient tendance à faire grossir trop vite les bébés.

  • Point n°3: Mon bébé a un reflux gastro œsophagien​

J'ai déjà écrit un billet à ce sujet : http://nutritioninfantile.overblog.com/mon-bebe-a-un-reflux-gastro-oesophagien-que-faire

Sachez donc qu'il existe plusieurs sortes de lait en fonction de la sévérité des reflux, formules épaissies, épaississants seuls, anti-régurgitation (AR).

Ces laits peuvent avoir comme effet gênant de constiper bébé.

  • Point n°4: Mon bébé a des coliques​

Les coliques des bébés sont monnaie courante avant trois mois, en effet, leur flore intestinale n'est pas encore bien équilibrée. ceci peut donc se solder pas des ballonnements, des cris, des pleurs, des petites diarrhées intermittentes.

N'hésitez pas à poser bébé sur le ventre bien calé sur vos genoux afin de l'aider à évacuer les gaz. Faire une mobilisation passive de ses jambes en le faisant pédaler et lui masser le ventre peut s'avérer très utile en cas de crise. Les diarrhées peu abondantes sont normales car bébé ne se nourri que de liquide, pas d'inquiétude. Parlez-en avec la puéricultrice de votre PMI, ou votre pédiatre.

Il existe des laits de toute sorte appelés "digest" "premium" (la classe!) "calinova" "cesar" et même des tout en un qui font (coliques, gaz, ballonnement, constipation et j'en passe)! Vous pouvez les tester mais sans garantie. Des potions à base de plante et même des biberons anti-coliques existent à l'heure actuelle. Ceci dit, inclinez bien la tétine de bébé pour éviter qu'il n'avale trop d'air pendant la tétée et n'oubliez pas de lui faire faire son rot.

  • Point n°5: Bébé a encore faim​

Avez-vous bien respecté la dilution pour préparer votre biberon? (1 mesurette pour 30 ml d'eau). Respectez-vous bien les quantités prescrites par les professionnels qui vous accompagnent? Bébé a-t-il vraiment faim? Les pleurs ne justifient pas automatiquement de lui donner un biberon, il est peut-être angoissé, il a peut-être besoin d'un câlin, il est peut-être mal à l'aise voire douloureux, il a peut-être de la fièvre?

Une fois toutes ces hypothèses écartées, vous pourriez consulter pour essayer les laits dits "satiété" mais évitez d'introduire trop rapidement les céréales dans le biberon qui pourraient engendrer une baisse de la prise de lait, ainsi vous pouvez les proposer dans un seul des biberons de la journée. Concernant le gluten avant 6 mois, il n'existe plus de précautions particulières.

  • Point n°6: Bébé est toujours constipé​

Attention, on parle de constipation si les selles sont trop rares ( moins d'une par semaine) et trop dures avec émission douloureuse. Ne vous alarmez pas trop vite en bon parent franco-français car nous sommes un peu trop portés sur la chose dans nos contrées!

Tout d'abord essayez de changer d'eau en préférant l'eau de source à l'eau minérale qui est plus constipante.

Heureusement des laits transit voir transit+ (c'est plus vendeur) peuvent venir contrer ce désagrément. Avant la diversification alimentaire, il est difficile de jouer avec les fibres mais après, quelques mesures simples permettent d'aider le transit de votre bébé. Hydratez bien votre enfant et favorisez l'exercice physique pour accélérer le transit. Evitez les sucreries et les produits constipants type carottes, chocolat, riz... Privilégiez les fruits et les légumes verts, le pruneau et même occasionnellement l'eau d'Hépar *

  • Point n°7: Bébé a la diarrhée​

Même topo que pour la constipation mais en sens inverse! Cependant, pour avoir testé les laits spéciaux, je peux vous dire qu'ils fonctionnent vraiment bien! N'oubliez pas de consultez un médecin car certaines gastro-entérites du nourrisson peuvent être graves.

Hydratez bien votre loulou, il existe même des soluté de réhydratation par voie orale pour cela. Et bon courage pour soigner les fesses de bébé (couches en coton en pharmacie, changes fréquents, crèmes de change spéciale pour érythèmes fessiers, bains de sièges au permanganate de potassium).

  • Point n°8: Bébé est allergique ou a des antécédents d'allergies alimentaires familiaux

Je vous renvoie à mon billet sur le sujet:

http://nutritioninfantile.overblog.com/pr%C3%A9venir-les-allergies-alimentaires-de-mon-b%C3%A9b%C3%A9

Les laits "HA" dits hypoallergéniques sont conseillés mais pas toujours digestes, à utiliser sous avis médical. Ils sont utilisés en prévention des allergies pour les bébés dits "à risque" mais jamais comme traitement si le diagnostic est posé.

  • Points n°9: Et l'huile de palme?

Voici quelques pistes de ma composition car ce sujet me préoccupe également:

http://nutritioninfantile.overblog.com/des-laits-infantiles-sans-huile-de-palme

http://nutritioninfantile.overblog.com/l-huile-de-palme-il-n-y-a-pas-mieux

http://nutritioninfantile.overblog.com/lait-infantile-et-huile-de-palme

  • Point n°10: Les alternatives végétales

Et le lien correspondant:

http://nutritioninfantile.overblog.com/non-au-lait-de-soja-pour-b%C3%A9b%C3%A9

  • Point n°11: Les laits biologiques

Face à l'engouement, et tant mieux, des jeunes parents pour les produits issus de l'agriculture biologique, les laboratoires proposent de plus en plus la version "bio" pour les laits infantiles. Cependant, ils contiennent pour certains de l'huile de palme voire de la taurine... ouvrez donc l’œil sur les étiquettes! A propos de la taurine je vous ai également écrit un petit article à ce sujet:

http://nutritioninfantile.overblog.com/du-red-bull-dans-les-biberons

Chaque bébé est différent et le choix du bon lait est un parcours à tâton. Ne vous laissez pas berner par le marketing féroce des industriels du lait, choisissez ce qu'il y a de mieux en fonction de votre bébé, de vos valeurs, des conseils de votre médecin et de votre mode de vie. J'ai oublié de vous dire qu'il existe des laits en poudre et des laits liquides en bouteille faciles à transporter. Le lait de la maternité n'est pas forcément le plus adapté pour votre bébé, c'est juste celui qui a remporté le marché à un moment donné. Il y a donc des "tours" de laits qui reposent sur une organisation globale et non sur une prise en charge personnalisée de votre bébé... A méditer.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Janvier 2013

Un article non sponsorisé pour choisir ses ustensiles de cuisine...

Une chose est sûre bébé nait avec pas ou peu de dents, alors c'est clair, il faut adapter son alimentation. De plus ses besoins nutritionnels étant différents des nôtres autant dire que la cuisine pour bébé, c'est pas gagné d'avance...

 

Les commerciaux l'ont bien compris, on va avoir besoin d'aide. L'offre regorge d'ustensiles culinaires divers et variés. Cela méritait bien un petit billet pour éviter de se faire avoir comme la plupart d'entre nous.

 

Comment s'armer de logique face aux pros du marketing? = pot de terre contre pot de fer!

 

Tout d'abord soyons pragmatiques, il faut faire l'état des lieux de ce que vous possédez déjà, de votre bourse et de la place dont vous disposez dans votre cuisine. L'appareil multifonctions et compact prendra toujours plus de place que ce que vous possédez déjà puisqu'il s'agit d'un élément en plus que vous allez devoir intégrer dans votre cuisine.

Exemple: une cocotte vapeur ou un couscoussier plus un mixeur plongeant que vous avez déjà remplacent allègrement le babyc*** (appareil très prisé des mamans qui ne permet pas de faire plus de deux pots à la fois et qui coûte un bras soit une centaine d'euros).

 

Oui mais question vaisselle me direz vous, le robot pour bébé minimise les dégâts! C'est vrai que cette information est de taille quand on a doublé ses machines de linge et son temps vaisselle (biberons, assiettes, bavoirs, ustensiles etc....)

Le choix le plus économique consiste à embaucher son ou sa conjointe pour nous donner un coup de pouce afin d'effectuer les tâches ménagères. Mais si cette option ne s'offre pas à vous (pour des raisons diverses et variées!) il vous reste le lave-vaisselle, un appareil merveilleux qui (si vous avez la place pour) permet de coller biberons, goupillon, appareils, casseroles, bavoirs en plastiques, petits pots, etc... dedans pour un maximum d'économie de temps et d'énergie!

 

Un point sur la yaourtière:

Son utilisation est simple comme bonjour, rapide et artisanale. Mais attention, face à l'engouement pour le fait-maison de ces dernières années, les prix ont flambé! On peut en trouver facilement d'occasion (j'ai acheté la mienne chez emmaüs pour la modique somme de 3 euros.) Une astuce, vous pouvez utiliser les petits pots en verre de bébé comme contenants à yaourts.

 

Le stérilisateur à biberons:

Cela fait des années qu'on ne stérilise plus les biberons! Mais vous trouverez à peu près partout cette arnaque hors de prix. Lavez-vous biens les mains avant de préparer vos biberons. Utilisez de l'eau en bouteille adaptée à bébé. Ne conservez pas le lait plus d'une heure après sa reconstitution. Lavez soigneusement vos bibs' après utilisation (le lave vaisselle lave à haute température) et le tour est joué!

 

Le réchauffe petit pot et le chauffe biberon:

Une casserole pour faire un bain marie ou un four micro-ondes feront bien l'affaire. D'une manière comme d'une autre, la vérification de la température avant de faire manger bébé s'impose pour éviter le risque de brûlure. Pour éviter de retapisser l'intérieur de votre micro-ondes, versez le contenu du pot dans un bol mais n'utilisez pas de film étirable bourré de bisphénol A.

 

Le mélangeur anti-grumeaux:

Voici donc l'arnaque du siècle vendue à des milliers d'exemplaires grâce à une campagne de publicité efficace. Pour les laits qui ne se diluent pas bien, il suffit de faire chauffer l'eau avant d'incorporer la poudre et pour les épaississants, reconstituez d'abord votre lait, secouez et incorporez en dernier l'épaississant. N'oubliez pas d'adapter la vitesse de la tétine en fonction de l'âge de bébé et de votre préparation. (pour les céréales par exemple)

 

Pour conserver la nourriture de bébé Oubliez donc le Tupperware de votre grand mère et autres sachets de congélation qui ne sont pas aux normes alimentaires pour les bébés. Les moules à glaçons en silicone permettent de faire des petites purées portionnées dont vous vous servirez en piochant la quantité voulue pour le repas de bébé. Les emballages doivent être prévues pour la congélation, donc en polypropylène (5). Les petits pots en verre ou les mini bocaux (sauces pesto ou bolognaise) peuvent parfaitement être congelés à condition de ne pas trop les remplir sous peine de les voir exploser à la chauffe.

 

Pour le lait en poudre, notons que se balader en ville avec la boite entière n'est pas aisé. Il existe des petites boites bon marché prévues pour contenir la bonne dose de lait sans s'encombrer. La poudre est ainsi compartimentée. Lorsque vous souhaitez donner le biberon à votre enfant, il suffit de verser la poudre dans l'eau. Pour le coup, un tupper' avec la dosette dedans peut aussi éviter d'investir...

 

Voilà, je terminerai par une phrase que j'ai lue je ne sais plus où: "On accueille un bébé en ouvrant son cœur et non son portefeuille'. Alors bye bye stérilisateurs, chauffe biberons et autres... Bonjour économie et écologie. N'oubliez pas que tout ce que vous achèterez contribuera au gaspillage et à la pollution de notre planète. Le meilleur cadeau que vous puissiez faire à votre bébé est d'y penser!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #petits pots, #diversification alimentaire, #marketing

Repost0

Publié le 25 Janvier 2013

Article 3 (article R.4127-3 du code de la santé publique) Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine.

Article 3 (article R.4127-3 du code de la santé publique) Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine.

Des médecins de la Société française de pédiatrie signaient en 2008 un article "de synthèse scientifique" qui conclut aux bienfaits des laitages. Qui sont ces médecins et quels sont leurs liens avec l'industrie laitière ? (Mais oui mais dis donc? Je me le demande?)

 

Dans un éditorial de 2008 des Archives de pédiatrie, des médecins du comité de nutrition de la société française de pédiatrie défendaient « la place essentielle des laitages » en appuyant leur démonstration sur un petit nombre d’études sélectionnées, presque toutes payées par l’industrie.

 

Cet éditorial est largement présenté par l’industrie laitière comme la « preuve objective » de l’intérêt des laitages. Par exemple, le CERIN, qui est l’organe de propagande de l’industrie laitière, explique que « les pédiatres ont décidé de réagir dans un éditorial très documenté».

 

On en revient encore et toujours à la même question qui avait fait débat lors des recommandations du plan national nutrition santé qui incitait donc à consommer 3 laitages par jour. http://www.veganisme.fr/Un%20Monde%20Vegan/Mythelait.html

 

Lire l’éditorial de la société française de pédiatrie et la réponse argumentée de Thierry Souccar à ce texte.

L' enquête montre que la plupart des pédiatres ont des liens fréquents et réguliers avec l’industrie laitière. En voici quelques exemples….

 

Pour commencer, la Société française de pédiatrie, simple association de médecins, reçoit un financement du Syndicat des aliments de l’enfance, une organisation créée par les industriels je vous laisse apprécier par vous même http://www.syndicatdesalimentsdelenfance.com/qui-sommes-nous/structure/

 

L’auteur principal de l’éditorial favorable aux laitages est un pédiatre de Nancy. Ce médecin est membre d'un célèbre institut et s’exprimait d’ailleurs en faveur des laitages dans le numéro de mars 2009 de Nutri-Doc, une lettre promotionnelle publiée par le CERIN, qui est l’organisme de propagande de l’industrie laitière.

 

Dans ce même numéro de Nutri-Doc on pouvait lire une interview tout aussi enthousiaste de sa consoeur de l’hôpital St-Vincent de Paul (Paris) - qui a cosigné l’édito de la société française de pédiatrie.

Le Professeur qui a cosigné l’éditorial avec ces médecins, présidait le fameux institut laitier.

Le médecin de l’hôpital Necker, qui a signé l’éditorial avec les deux autres, est alors un conseiller scientifique de Syndifrais, l’intersyndicale des producteurs de produits laitiers.

Un pédiatre lillois lui aussi auteur de l’éditorial de la société française de pédiatrie a ou a eu, selon ses déclarations à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, dont il fait partie, des liens avec plusieurs fabricants de laits artificiels.

Le medecin de l’hôpital St Vincent de Paul (Paris), cosignataire de l’éditorial de la société française de pédiatrie, présidait le 22 novembre 2008 le « symposium-déjeuner » d'un laboratoire bien connu des mamans aux journées de l’Association française de pédiatrie ambulatoire. A ce « symposium-déjeuner » payé par ce même labo intervenait son ami le  pédiatre à Besançon lui aussi cosignataire de cet éditorial.

Le même pédiatre intervenait le même jour sur le thème « Alimentation du jeune enfant : 12 mois l’âge critique », payé par le Syndicat français des aliments de l’enfance.

Un médecin de l’université de Liège, qui a cosigné cet éditorial, reçoit pour ses travaux un financement d'un grand groupe industriel.

Un pédiatre de Necker présidait le symposium du gros institut laitier organisé à Barcelone en octobre 2006. Il intervient aussi pour des congrès payés par d'autres groupes. Il est l’auteur d’une BD sur l’alimentation entérale payée par un des laboratoires.

 

Des Archives de Pédiatrie bien embarrassées

En réponse, Thierry Souccar a soumis un article de synthèse le 25 novembre 2008 sous la forme d’un courrier des lecteurs au journal médical Archives de pédiatrie publié par la Société française de pédiatrie.

Le 13 décembre, le journal répond qu’il ne peut pas publier le texte en l’état. Motif : le « manuscrit est beaucoup trop long avec beaucoup trop de références » pour une lettre aux Archives de Pédiatrie.

Qu’à cela ne tienne, le 29 janvier 2009 Thierry Souccar soumet à la rédaction une nouvelle mouture de l’article, non plus en « courrier » mais sous la forme d’un article de synthèse. Cette fois, les contraintes de longueur ont été respectées et rien en théorie ne s'oppose à sa publication.

Mais le 2 mars, le directeur de la rédaction, le Pr Jacques Sarles lui répond que « quelles que soient les qualités de votre reflexion (sic) sur le sujet concerné, notre vocation n'est pas de publier le genre de document que vous nous soumettez. Je suis donc au regret de vous informer (re-sic) que votre manuscrit ne peut être publié dans les Archives de Pédiatrie. »

 

La "vocation" des Archives de Pédiatrie serait-elle de ne publier que des articles qui flattent leurs sponsors ? Qui poussent à consommer? Qui prend le consommateur pour un mouton? Comment une étude peut être objective si elle est financée par celui qui fabrique les produits en cause?

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Janvier 2013

Des applications "spéciales parents"

La révolution numérique issue de l'apparition des Smartphones et leurs produits dérivés (les applications) conditionne peut-être les modes de consommation et de vie des utilisateurs. Une réflexion par rapport au manque de confiance en soi des jeunes parents et le rapport contra phobique de ceux-ci avec les nouveaux outils made in Steve Jobs.

"Des applications gadgets qui ne doivent pas remplacer l’éducation et la vigilance mais qui peuvent se révéler utiles." (ouais ouais cause toujours....)

Voici quelques exemples d'applications destinées aux parents pour combler un besoin qui s'est fait sentir des commerciaux de l'appli:

BabyMonitor: Le babyphone nouvelle génération.

Placé à coté du lit de votre bébé, le smartphone enregistre les sons et mouvements de votre enfant et vous appelle sur un numéro de votre choix prédéfini afin détecter le moindre problème pendant le sommeil de votre dernier (ou plutôt premier). Cette application vise donc à compléter le panel de baby phones(totalement inutiles et onéreux déjà existant sur le marché) et ce, pour la modique somme de 3.99 euros! (2.99 euros pour son homologue baby phone deluxe)

 

CryTraducteur: Pour décoder les pleurs de son bébé

Alors, là c'est le comble, cette application propose de décoder les causes des pleurs de bébé (faim, ennuie, colère, sommeil, ...) à la place des parents et évidemment ce qu'il faut faire pour que les pleurs cessent. Notons par ici que les dimensions sensoriels, non verbales et instinctives du sujet parent (ce gros incapable non foutu de reconnaitre les besoins de son petit) sont totalement censurées et que les solutions apportées au sujet bébé (ce lardon qui nous embête à brailler tout le temps et qui nous empêche de dormir) ne sont que le fruit d'une notice impersonnelle totalement basées sur des faits non scientifiques. En effet on peut se demander comment une simple machine peut différencier les pleurs de tous les bébés de la terre... Tout ça pour 7.99 euros!

 

Baby Manager: Pour gérer le planning de ministre de bébé

Voici un tableau de bord de la journée de votre petit (heure des repas, quantités absorbées, émission d'urines et/ou de selles...) Une fois les données encodées, un tableau statistique permet de faire un comparatif d'activités pour suivre l'évolution de votre nourrisson. Bon, je sais, je l'ai fait les premières semaines sur papier car j'étais un peu débordée les premiers temps mais je trouve quand même un peu restrictif les items proposés (entrées et sorties). Je note quand même qu'à côté de ça nous prenions des photos et nous remplissions un cahier souvenir des premiers mois. Heureusement c'est totalement gratuit.

 

Pabobo La veilleuse musicale nomade

Evidemment qui dit faiblesse dit business et la célèbre marque de veilleuse l'a bien compris. Voici une application qui transforme le téléphone en veilleuse musicale réglable. Berceuses à gogo et réglage lumineux en route, plus besoin de câliner, chanter, jouer pour coucher son enfant... C'est gratuit mais c'est de la pub! Dans la famille pub je veux aussi Dodo-Sitter, en partenariat avec Verbaudet et Nestlé bébé pour bien nourrir son enfant.

 

Ichildren: L'agenda du parent mal organisé

Ichildren vous permet de noter les RDV chez le médecin, les rappels de vaccin, les allergies et tout ce qui touche à la Santé (ô combien précieuse) de votre trésor. C'est vrai que les outils déjà en place comme le calendrier des visites obligatoires de la CAF, le calendrier vaccinal de l'enfant (élaboré par les professionnels de santé) et tout simplement votre tête sont trop peu fiables pour s'assurer de la parfaite santé de votre progéniture! Si on commençait déjà à bien remplir les carnets de Santé? Car je vois mal le médecin des urgences vérifier les allergies sur l'iphone des parents! 0.79 euros sera le prix à payer pour bénéficier de cette appli.

 

Bébé Doudou: le doudou virtuel

Tous les moyens sont bons pour calmer bébé. Sélectionnez un doudou virtuel parmi la gamme proposée, choisissez la musique et placez le téléphone devant votre enfant. La peluche s'anime et chante. Exposez votre enfant aux ondes dès le plus jeune âge et ne suivez pas du tout les recommandations de l'OMS parmi laquelle "pas d'écran avant trois ans" A bon entendeur... Prix : 0,79 € (Dans le même acabit on trouvera également Baby beats qui reproduit les battements du coeur du bébé pour le calmer!)

 

Baby’s first: Une application pour créer des diaporamas, des montages photo ou encore des scrapbooks de bébé... Celle ci est intéressante, je ne vais pas tailler un short à toutes et il faut vivre avec son temps, voici au moins une idée qui ne se sert pas des hésitations naturelles des jeunes parents et qui propose vraiment un outil sympa pour immortaliser les premiers moments familiaux. Dommage qu'elle soit payante (0.99 euros)

Votre enfant grandit : des applications pour surveiller, pister, éduquer, organiser: Mes enfants - 1,59€ Pour suivre la scolarité des plus grands ICurfew - 0,79€ Pour savoir où sont vos enfants Ivacances - Gratuit - Pour organiser les vacances de toute la famille avec brio On ne les arrête plus! Dire qu'il faudrait que les gens arrêtent de les acheter pour plus que ça se vende comme disait Coluche.

Je rappelle juste que tout ce qui est mis sur internet est public et peux tomber entre toutes les mains. Pour revenir à nos moutons je conclurai en disant que OUI il est normal d'avoir des doutes quand on est jeune parent et que NON cela ne doit pas devenir une source de profit pour les grandes firmes (Y compris les industriels agroalimentaire infantiles).

Allez, parents, haut les cœurs, vous êtes les meilleurs...faites vous confiance MERDE! PS: Toute omission d'appli qui donne les bonnes quantités de lait, allaitent à votre place, propose des jeux d'éveil et/ou éducatifs, vous expliquent comment enfiler un pyjama et j'en passe, ne serait que pure coïncidence...

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #industrie agroalimentaire, #marketing

Repost0

Publié le 30 Décembre 2012

Un papa averti et engagé a rédigé ce billet genial sur son blog je plussoie et partage bonne lecture :

Je suis peut-être le seul que cette histoire scandalise encore, le dernier être humain sur terre à croire que tous les industriels souhaitent le meilleur pour nos bébés. Toujours est-il que l’affaire des « petits pots qui ne disent pas ce qu’ils sont » me reste sur l’estomac.

Mychoup’ a découvert la diversification alimentaire depuis quelques semaines maintenant. Comme la plupart des parents – attentionnés mais trop peu disponibles pour concocter des petits plats faits maison pour bébé -, nous dévalisons régulièrement les rayons de notre supermarché préféré.

Objectif : offrir à Mychoup’ le plaisir de découvrir des saveurs variées.

Dans notre garde-manger, on trouve donc des petits pots aux poireaux, aux épinards, aux carottes, aux haricots verts, aux petits pois, aux panais… enfin le pensions-nous, puisque c’est ce qui est écrit en gros sur chacune des étiquettes.

Vous imaginez donc ma surprise lorsque j’ai découvert que la plupart des petits pots contenaient, outre l’ingrédient annoncé en grosses lettres, des pommes de terre, des huiles végétales, de l’amidon de maïs transformé et autres réjouissances gustatives.

J’enrage : « Quand j’achète des petits pots aux poireaux, ce n’est pas pour trouver de la pomme de terre dedans (ni le reste d’ailleurs) ». « Ben ouais, mais fallait lire les petites lignes sur le dos de l’étiquette… », me répond Super-maman, à qui on ne la fait pas.

Ok ! Me voilà donc parti à analyser le contenu du placard*, envahi par les produits de marques bien connus des mamans et des papas. Mauvaise nouvelle : la part de l’ingrédient principal ne dépasse que rarement 50% du volume total de chaque recette, sauf pour la carotte qui monte à 70%. Mention spéciale au petit pot aux artichauts qui contient davantage de pommes de terre (29%) que d’artichauts (25%). Et je me demande bien ce que peut receler celui aux légumes verts (28%) et au poulet (8%).

Pour Mister Doc, la vigilance s’impose avant d’acheter n’importe quoi. « Attention aux petits pots industriels, la plupart contiennent de la pomme de terre en trop grande quantité. Economique pour les fabricants, cet ingrédient a aussi tendance à faire gonfler les bébés artificiellement. »

Si la naïveté n’a pas sa place dans notre monde de brutes, je reste scandalisé par la stratégie des industriels en matière de marketing. En laissant croire que les petits pots ne contiennent qu’un seul ingrédient, ils nous trompent effrontément. En rectifiant le tir dans un paragraphe aussi invisible que minuscule, ils achèvent de se moquer du consommateur. J’imagine que la règlementation leur donne raison. Reste à la changer.

Symptomatique des égarements de notre société, cette stratégie hasardeuse n’a pourtant qu’une conséquence à long terme : les discréditer définitivement, par une publicité négative que, pour ma part, je ne me gênerai pas de faire circuler.

Bref, on a acheté un Babycook !

Et vous ? Le saviez-vous ? Etes-vous résignés ? Avez-vous pris la décision de cuisiner vous-même ? Avez-vous trouvé d’autres petits pots sans ingrédient complémentaire ? Vos commentaires sont les bienvenus. Et n’hésitez pas à partager cet article !

Big up pour les papas

Voir les commentaires

Repost0