Publié le 31 Janvier 2014

Tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur le lait de bébé

Parmi les 300 références de lait différentes, il est bien difficile de s'y retrouver.

Pour faire un choix éclairé, en France, il faut avoir beaucoup de temps devant soi et et une bonne dose de patience!

Pour vous aider je vous avais concocté un petit guide en juillet dernier que vous pourrez retrouver en cliquant sur ce lien: http://nutritioninfantile.overblog.com/comment-choisir-le-bon-lait-pour-b%C3%A9b%C3%A9

Voici donc un florilège d'idées reçues et interrogations qui méritent d'être tirées au clair pour vaincre l'opacité ambiante qui règne autour des laits infantiles.

Le lait infantile est enrichi en vitamines:

C'est vrai, si vous allaitez votre bébé, il faudra supplémenter votre petit en vitamine K et D pour éviter les carences. Ceci dit, même avec un allaitement artificiel, les apports en vitamine D ne seront pas comblés: http://nutritioninfantile.overblog.com/petite-histoire-de-la-vitamine-d

Les ajouts dans les laits infantiles ne sont pas toujours justifiés scientifiquement:

Jusqu'à présent c'est vrai! Les allégations Santé et les ingrédients sont parfois plus des arguments marketing que scientifiques, néanmoins la loi a changé en 2013 et le décret d'application devrait voir le jour très prochainement. Bientôt tous les ajouts devront être justifiés par des études et les appellations devront être validées par les autorités. Bien sûr, les études étant menées par les fabricants eux-même, le consommateur est en droit de se poser la question de la validité de celles-ci. Malheureusement, vu le coût engendré par de telles études, l'état ne peut s'y atteler...

Le lait infantile est trop chargé en fer et en minéraux comme le calcium et le sodium:

C'est faux, les taux sont soumis à règlementation et il ne faut pas comparer la composition des laits avec celle du lait maternel. En effet, le lait maternel contient d'autres substances permettant de mieux absorber le fer et les sels minéraux. Actuellement, il est encore impossible de copier ces substances, il faut donc augmenter les quantités pour subvenir aux besoins de bébé. De plus la qualité des nutriments étant bien meilleure dans le lait maternel, la qualité prime sur la quantité.

C'est le même principe aussi pour les protéines.

L'arôme de vanille est interdit dans le lait artificiel:

C'est vrai pour le lait 1er âge mais après on peut en retrouver dans certaines préparations.

A l'origine, l'arôme vanille était utilisé pour masquer le goût du fer, on lui reprochait son côté trop chimique et surtout la modification trop prononcé du goût du lait. Les avancées technologiques ont permis d'encapsuler le fer pour parer au désagrément du goût métallique de celui-ci, mais la loi n'a pas statué sur les préparations de suite (à partir de 6mois). J'écrirai un billet spécial à ce sujet.

On peut passer d'un lait hypoallergénique à un autre sans problème:

C'est faux! Les laits (HA) ne sont pas tous équivalents et vous exposeriez votre bébé à un risque allergique en changeant tout seul la marque de lait que vous utilisez...Prudence donc.

Les alternatives au lait de vache sont fortement déconseillées pour les bébés:

C'est vrai et faux à la fois, certains laits sont étudiés pour répondre aux besoins de bébé, comme les versions riz, soja et chèvre. Il faut veiller toutefois à ce que l'appellation "préparation pour nourrissons" soit marquée sur l'emballage. Les autres laits, même si la boîte ressemble à s'y méprendre à une préparation pour nourrissons ne sont pas du tout adaptés. Attention au soja qui aurait des effets néfastes sur la fertilité des petits garçons sur le long terme.

La taurine est mauvaise pour la santé de bébé:

Je ne sais pas mais je dirai que dans le doute mieux vaut s'abstenir! Il est vrai qu'on en retrouve dans le lait maternel, mais comme je le dis plus haut, on ne sait pas si c'est sous la même forme et comment elle est absorbée. Vouloir copier à tout prix le lait maternel est un argument de vente, mais en l'absence d'études sérieuses, les bénéfices restent à démontrer. De plus, certains fabriquants n'en mettent pas dans leurs préparations alors si c'était essentiel, ils seraient déjà en prison non?

Si bébé a la diarrhée, il faut le mettre en régime sans lactose:

C'est faux, les études n'ont pas montré d'incidence sur le transit de bébé lorqu'on enlève le lactose dans l'alimentation de bébé. Seules les diarrhées persistantes et certaines maladies justifient ce régime.

Les laits sur ordonnance sont remboursés intégralement par la sécurité sociale:

Faux, aussi étonnant que cela puisse paraitre, les laits spéciaux sur prescription médicale sont remboursés totalement pour certains, partiellement pour d'autres voir pas du tout!

J'espère vous avoir éclairés sur certains points particuliers concernant les laits artificiels, au risque de me répéter, le lait maternel est l'aliment le plus adapté à votre bébé. Un grand merci à la diététicienne qui m'a apporté toutes ces connaissances.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 21 Janvier 2014

Petite histoire de la vitamine D

Dès les premiers jours de vie de votre enfant, on vous prescrit de la vitamine D à la maternité.

Seulement voilà, bon nombre de parents ignorent à quoi sert cette supplémentation essentielle pour leur enfant.

Il en résulte de nombreux oublis, d'autant que la plupart des pédiatres prescrivent une forme de traitement en solution buvable à administrer TOUS les jours.

Alors ce soir je vous raconte une anecdote qu'on m'a racontée pendant mes études d'infirmière qui m'a marquée.

Il y a très longtemps, les classes sociales étaient très distinctes et les modes de vie entre les "riches" et les "pauvres" étaient bien différents. Les médecins observèrent des déformations osseuses récurrentes chez les petits enfants de "riches" qui ne touchaient guère les petits enfants de "pauvres".

Les médecins cherchèrent la cause de cette inégalité et concluèrent qu'une absence d'ensoleillement chez les petits "riches" était la cause probable de cette maladie qu'on appela rachitisme.

En effet, pendant que la bourgeoisie enfermait ses enfants dans leurs appartement cossus, les "pauvres" jouaient dehors.

Mais en comparant la situation des enfants en question avec celle des esquimaux vivant dans des régions du globe terrestre très peu ensoleillées, les chercheurs ne purent vérifier leur hypothèse car aucun d'eux n'étaient malades.

Un médecin observa leur régime alimentaire (poisson cru essentiellement) et se dit que peut-être le remède était là.

L'ère de l'huile de foie de morue et des grimaces était née.

Avec les progrès scientifiques, la vitamine D contenue dans l'huile de foie de morue a pu être fabriquée ensuite de façon isolée.

Depuis, la cuillerée redoutée par les enfants devint un vague souvenir de nos grands parents...

Vous l'aurez compris, donner de la vitamine D contribue à la croissance harmonieuse de votre bébé. N'hésitez pas à en parler à votre médecin si vous oubliez régulièrement d'en donner à votre petit. Il vous proposera une autre solution comme les ampoules buvables qui suffisent pour 3 mois. Tout dépend de l'âge de votre bébé, de la saison et de son alimentation.

Évidemment, plus la peau de bébé est foncée, plus il aura du mal à fabriquer de la vitamine D.

Les peaux foncées font barrière contre le soleil, toutes les peaux blanches vous le diront lors de la saison des coups de soleil.

Eh oui! Comme les plantes qui fabriquent la chlorophylle grâce au soleil, nous fabriquons la vitamine D! Étonnant ?

La vitamine D est la seule vitamine que notre corps peut fabriquer tout seul. Les autres ne sont apportées que par l'alimentation.

La vitamine D a bien d'autres propriétés, ne la boudez pas!

En complément voici ce que conseille l'Organisation Mondiale de la Santé:

http://www.who.int/elena/titles/vitamind_infants/fr/































































Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #bébé, #nourrisson, #OMS, #vitamine D, #carences nutritionnelles

Repost0

Publié le 14 Janvier 2014

Je ne sais pas si je veux allaiter...

Voilà un vaste débat qui turlupine bon nombre de mamans et futures mamans.

Le choix n'est pas évident et le flux d'informations est abondant.

Comment être en accord avec soi-même concernant l'allaitement au sein ou au biberon?

Pour trouver votre chemin, je vous propose un plan selon plusieurs cas de figure. Bien entendu, vous pourrez peut-être vous retrouver dans plusieurs cas en même temps.

1er cas: Je suis plutôt du genre à anticiper

Voilà une situation qui pourrait paraître idéale de prime abord, mais ce n'est pas toujours vrai.

Votre test de grossesse n'est pas encore positif que vous vous posez déjà la question du mode d'allaitement?

Pas de panique, vous allez avoir de longs mois devant vous pour vous préparer et (chose très importante) préparer votre entourage.

Votre côté prévoyante vous donnera l'avantage d'aller surfer, lire, échanger autour de l'allaitement afin de prévoir, fantasmer, et vous rassurer.

Attention à ne pas trop faire de frais avant l'heure (le marketing des fabricants est féroce !) car tout ne pourrait pas se dérouler exactement comme vous le pensiez. Acheter un stérilisateur (inutile) et une batterie de biberons pour changer d'avis après une tétée d'accueil en salle de naissance serait dommage. De même que se mettre une pression folle pour s'assurer un allaitement au sein serait une erreur qui pourrait même mettre votre projet en péril !

2ème cas: Je m'y prends toujours à la dernière minute

Votre bébé est là et vous vous sentez angoissée car vous n'y connaissez rien?

Vous êtes peut-être encore à la maternité, smartphone à la main, à la recherche désespérée d'avis sur la question. Voilà que vous tombez sur mon blog fortuitement! Restez, et lisez bien:

À moins d'avoir accouché dans la forêt amazonienne vous avez sûrement l'opportunité d'interroger le personnel de la maternité à propos de vos choix? Puericultrices, sage-femmes, auxiliaires de puériculture, médecins sont là pour vous aider. N'hésitez pas à poser vos questions, même si elles peuvent vous paraître bêtes. Si votre cœur balance encore voici quelques contacts utiles:

Votre conjoint

La psychologue du service

Toute personne neutre susceptible de vous aider et d'agir en votre intérêt

En recoupant les informations et en vous écoutant, vous trouverez sûrement la solution qui vous conviendra le mieux.

3ème cas: Je n'arrive pas à me décider

Pour un premier enfant, c'est ce qui arrive le plus souvent. Ne culpabilisez pas, vous êtes la maman et vous êtes la meilleure pour prendre les décisions concernant votre bébé.

Après s'être informée, avoir discuté, fait la balance du pour et du contre, vous n'arrivez toujours pas à vous positionner. Tout ce processus de maturation psychologique est normal et contribue à vous forger votre identité de parent. Vous n'avez pas encore vécu les grands bouleversements qui s'opèrent après l'accouchement et n'avez pas encore rencontré votre petit. Laissez vous du temps et gardez en tête que votre choix n'est pas définitif. En effet, avec l'aide de professionnels confirmés vous pouvez commencer par l'allaitement au sein puis passer au biberon si cela ne vous convient pas ou le contraire. Il suffira de relancer la lactation et avoir un peu plus de patience pour faire accepter le changement à votre bébé. Mais ce n'est pas impossible.

4ème cas: Je n'ai pas confiance en moi

L'allaitement, et de manière générale la maternité sont le début d'une nouvelle vie de femme. La confiance en soi se travaille et vous en sortirez grandie. Ne vous laissez pas influencer dans un sens comme dans l'autre. C'est en général au moment d'une naissance qu'on peut choisir de régler ses conflits (avec sa mère par exemple) ou de se taire et subir le choix des autres au risque de rester sur une note amère qui pourrait bien venir polluer des moments chers et précieux de cet heureux événement qu'est la naissance de votre enfant.

Essayer d'être claire avec vous-même et vous arriverez mieux à être claire avec votre entourage.

Faire un break, accepter de se faire aider ou créer un camp de résistance avec votre conjoint pourrait être salvateur!

Enfin

Sachez que la culpabilisation des nouvelles mamans est monnaie courante dans notre société, alors prenez du recul afin de vous sentir bien dans vos baskets!

Si vous avez décidé d'allaiter au sein, préparez vous aux moments de doutes et de désespoir (parfois) qui jalonneront votre allaitement et demandez-vous si votre choix vous convient toujours et s'il est libre de toute contrainte ou pression de l'entourage.

Au contraire si vous préférez le biberon et que vous regrettez votre choix, tentez de savoir pourquoi l'idée de l'allaitement au sein à suscité ce refus chez vous. Ne restez pas isolée remplie de regrets et demandez de l'aide.

Si vous êtes satisfaite et heureuse de votre allaitement au sein ou au biberon, n'hésitez pas à faire profiter d'autres mamans de votre expérience en prenant garde de ne pas les influencer à votre tour!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #nutrition, #allaitement, #biberon

Repost0

Publié le 8 Janvier 2014

Bébé refuse le lait, que faire?

Les refus de boire du lait par les bébés sont peu fréquents. Cependant ces situations arrivent parfois et peuvent s'avérer stressantes pour les parents.

Pourquoi le lait?

Comme tous les mammifères, les petits êtres humains naissent avec de forts besoins alimentaires pour assurer leur développement harmonieux au cours des premiers mois de leur vie.

Le lait constitue alors l'apport unique et indispensable au régime alimentaire de nos bébés. Le lait le plus adapté à l'enfant est celui de sa mère mais il existe des substituts appelés laits infantiles ou préparations pour nourrissons.

Il contient :

  • Du calcium et du phosphore pour constituer son capital osseux et participer à sa croissance

  • Du fer pour renforcer son système immunitaire et favoriser les échanges en oxygène

  • Des graisses qui contribuent au bon développement du cerveau et de la vue du bébé et qui apportent de l'énergie

  • Des minéraux qui jouent un rôle d'équilibre des cellules

  • Des sucres qui apportent de l'énergie

  • Des vitamines

  • Des protéines qui aident le corps à se régénérer et grandir

  • Des anticorps et bien d'autres composants sont présents dans le lait maternel pour protéger bébé des infections.

Autant dire qu'un bébé qui refuse cette potion magique représente un vrai casse-tête pour les parents surtout si le bébé est très jeune!

Quelle conduite adopter?

Il se peut que le biberon ne plaise pas vraiment à votre enfant. Dans ce cas, quelques stratégies pourraient s'avérer utiles pour contrer ce désagrément.

Le lait à la cuillère, timbale, seringue, ou au verre est une méthode fastidieuse mais qui a fait ses preuves. Soyez patients pour que votre Loulou ne fasse pas de fausse route.

Le changement de tétine est également une solution intéressante à expérimenter. Il existe des formes et des matériaux différents qui peuvent parfois modifier les sensations gustatives ou sensitives lors de la tétée. (Le caoutchouc a un goût léger mais perceptible).

La chaleur du lait peu faire obstacle, certains bébés préférant le lait froid.

Pour compléter ces premières informations, je rajouterai qu'on peut essayer de changer de marque de lait ou d'eau pour la recomposition du biberon.

Selon l'âge de l'enfant, vous pouvez également ajouter un peu de céréales infantiles ou des légumes mixés pour changer la saveur du lait. Les quantités seront adaptées à l'âge de l'enfant. Attention de ne pas brûler les étapes de la diversification alimentaire en proposant des céréales contenant du gluten par exemple.

Pour les plus grands, les produits laitiers autres que le lait pourront assurer les besoins en calcium.

Voir les équivalences des quantités dans mon billet: http://nutritioninfantile.overblog.com/quel-yaourt-pour-bebe

D'autres pistes :

Il se peut que votre bébé veuille grandir avant l'heure et ait envie de faire comme les grands. Dans ce cas, ne le privez pas de boire au bol ou à la paille comme un "grand".

En période d'opposition, son refus peut être interprété comme un moyen d'expression. C'est peut-être une période transitoire, essayez de rester zen et de ne pas trop exprimer votre stress à votre petit. Reproposez-lui plus tard ou posez le biberon en évidence sans trop le regarder.

Mon enfant ayant l'esprit de contradiction, il m'est même arrivé de lui donner son biberon après avoir fait semblant de lui interdire!

Quelques pièges à éviter :

Ne sucrez pas le lait de votre enfant car vous perturberiez son équilibre alimentaire.

Ne modifiez pas l'alimentation de votre enfant sans l'avis d'un professionnel de santé.

Les laits végétaux ne sont pas adaptés aux bébés et ne remplacent pas le lait infantile.

Ne dramatisez pas la situation, il existe sûrement une solution!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #lait infantile, #allaitement, #nutrition infantile, #dietetique infantile

Repost0