diversification alimentaire

Publié le 16 Février 2014

Histoire de la diversification alimentaire

Les pratiques et recommandations alimentaires autour de l'alimentation des bébés n'ont cessé de changer au fil des recherches scientifiques.

Elles ont également subit l'influence des religions, des courants philosophiques, des changements sociaux concernant la condition de la femme et des progrès industriels .

Petit retour en arrière sur les habitudes qui ont fait l'histoire de la nutrition infantile actuelle:

Définition

La diversification alimentaire correspond à la période de passage d'une alimentation exclusivement lactée à une alimentation solide.

Antiquité

À cette époque, le colostrum (premier lait de femme précédant la lactation) était considéré comme une substance dérivée du sang de l'utérus de la femme impropre à la consommation par le nouveau-né.

On incitait les mères à faire jeûner le nourrisson ou à remplacer le colostrum par des bouillies et farines diverses dès les premiers jours, ce qui n'était pas du tout adapté puisqu'on connaît aujourd'hui les vertus nutritives et immunitaires du colostrum.

En revanche, les grecs de l'antiquité avait déjà instauré l'allaitement exclusif pendant 6 mois comme on le fait de nos jours d'après les recommandations de l'organisation mondiale de la santé!

Cependant, quelques conseils médicaux loufouques consistaient à introduire des croutes de pain, du vin dilué, de la soupe et des œufs vers 6 mois, reflet de l'ignorance totale des scientifiques de cette ère.

Du XVI ème au XIX ème siècle

Les médecins, à cette période observent un meilleur développement de l'enfant lorsque les bouillies ne sont introduites qu'après l'apparition des premières dents, révisant ainsi les habitudes familiales qui prendront quelques siècles à évoluer.

Il n'est pas rare, de nos jours, de constater une introduction trop précoce des aliments autres que lait.

En 1550, les prémices du tableau d'introduction des aliments font leur entrée avec comme conseils de donner de la volaille émincée vers 15 mois et de la viande vers 2 ans. Pour aromatiser les bouillies, on y ajoutait du lait, du jaune d'œuf ou l'œuf entier, de la bière, du vin ou de l'anis.

Au xx ème siècle

L'huile de foie de morue et sa teneur en vitamine D est reconnue comme moyen d'endiguer le rachitisme.

Voir l'histoire de la vitamine D:

http://nutritioninfantile.overblog.com/petite-histoire-de-la-vitamine-d


Le tâtonnement médical est à son apogée: les jus de fruits et légumes sont introduits dès les premières semaines de vie. La diversification alimentaire se fait plus précocement, les sardines, thon et crevettes sont donnés vers 4 à 6 semaines. Les céréales sont introduites entre le 2ème et le 3ème jour de vie, les légumes au 10ème jour, les viandes au 14ème jour et les fruits au 17ème jour.

Vers 1960, la diversification alimentaire devient plus cohérente mais débute quand même aux alentour de 3 mois.

Moyens d'observation

La recherche d'informations fiables, avant l'apparition des manuels de puériculture, est très difficile. Les historiens se sont donc basés sur les récits concernant l'allaitement maternel ou sur les œuvres d'art qui représentaient des enfants lors du repas familial.

Durée de l'allaitement à travers les âges

Bien que les aliments étaient introduits très tôt dans les civilisations anciennes, il n'en demeure pas moins que l'allaitement avait une durée relativement longue. En général il durait de 6 mois à 5 ans!

Selon les cultures et les religions, les variantes étaient multiples, mais globalement ces recommandations n'émanaient pas des mères elles-mêmes.

Les médecins, philosophes, ecclésiastes avaient déjà mis leur nez dans l'histoire!

Les mères ayant allaité comprendront parfaitement d'où vient cette manie agaçante de leur entourage de venir se mêler de ce qui ne le regarde pas!

À ce propos, plusieurs auteurs remettaient en cause la supériorité du lait de mère, et suggéraient de le remplacer par des laits d'origine animale ou des bouillies. Ceci a contribué largement à la mortalité infantile.

Avec la révolution industrielle du XIX ème siècle, l'allaitement décline à cause du travail des femmes et les premiers traités de pédiatrie voient le jour. La femme s'émancipe et les premiers laits infantiles et biberons font leur entrée en 1865. L'année suivante, Henri Nestlé commercialise son lait artificiel qui sera à l'origine du succès de l'entreprise suisse que tout le monde connaît aujourd'hui.

Ces laits n'étaient pas encore au point, et l'hygiène encore moins, ce qui a valu nombre de décès liés aux infections et aux déshydrations .

Avant l'ère du mixeur

Les aliments pouvaient être émincés, écrasés, trempés pour faciliter leur ingestion nécessitant une dentition pour les consommer. Faute de moyens, les mères et les nourrices mastiquaient les aliments avant de les donner aux bébés.

Cette habitude présentait un risque infectieux très élevé puisque la bouche comporte nombre de microbes et que les "mastiqueuses" malades pouvaient transmettre leur maladie à leur bébé.

C'est d'ailleurs à cette occasion que je me permets de rappeler qu'une tétine tombée par terre ne doit pas être sucée par un adulte avant d'être remise au bébé. En effet, nombre de parents croyant bien faire exposent leur enfant à de multiples maladies et infections par ce geste.

De nos jours

Les multiples découvertes médicales et scientifiques ont rendu la période de diversification très codifiée et compliquée pour les parents. Aujourd'hui on recommande de la débuter entre la fin du 4ème mois et le 6ème mois. L'introduction se fait de façon progressive se mêlant à l'offre des industriels qui est de plus en plus variées. Le petit pot des années 1930 a bien changé et on ne compte plus les recettes.

Si vous vous sentez perdu pendant la période de diversification de votre bébé, ne culpabilisez pas. Comme vous pouvez le constater, au fil de l'histoire, tout à été fait pour brouiller les pistes!

Source: http://www.sepeap.org/archivos/pdf/11613.pdf

N'hésitez pas à consulter la protection maternelle et infantile de votre secteur ou votre pédiatre

Pour vous aider:

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Septembre 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #petits pots industriels, #nutrition, #diversification alimentaire

Repost0

Publié le 28 Mars 2013

Le premier anniversaire de bébé

Le grand jour arrive et votre petit bout de choux a déjà bien grandi! Mais il reste encore quelques aliments que vous n'avez pas encore introduit dans son alimentation?

Un bref rappel sur les aliments à an:

Introduits:

  • lait 2eme âge ou maternel
  • yaourts, fromages blanc, et fromages traditionnels
  • tous les fruits en fonction de la mastication, la déglutition et la tolérance digestive de bébé
  • tous les légumes verts
  • pomme de terre
  • le gluten en fonction de la tolérance
  • le pain, pâtes fines, semoule et riz
  • la viande hachée
  • les œufs
  • les matières grasses
  • l'eau

Reste à introduire:

  • le lait de croissance
  • les morceaux
  • les légumes secs
  • les produits sucrés (sans urgence à limiter)
  • le sel (avec modération)

Finalement, bébé a déjà bien commencé son aventure de gastronome, et vous avez certainement envie d'améliorer le dessert pour ce jour de fête.

Evitez:

Les gâteaux à base d'alcool comme le baba au rhum

Les pâtisseries à la crème et à la crème au beurre, trop riches et indigestes pour bébé comme les choux à la crème, la forêt noire, la bûche, autres religieuses, éclairs et le tiramisu.

Les pâtisseries frites comme les beignets, croustillons, churros et pâtisseries orientales bien riches.

Les gâteaux à base de fruits à coques entiers, pour prévenir le risque de fausses routes et les allergies chez les bébés prédisposés.

Pour un effet réussi:

Faites simple et misez tout sur la décoration du gâteau et l'ambiance... surtout n'oubliez pas les bougies et les allumettes. L'aspect ludique d'un gâteau d'anniversaire aura raison de sa simplicité technique! Voici un lien pour vous inspirer (ce site s'adresse aux plus grands mais les idées déco sont à croquer):

http://www.grainedecurieux.fr/anniversaire/gateaux-d-anniversaire-et-recettes-enfant/pages/recette-gateau-monstre.aspx

Le jour J:

Faites un repas léger pour que bébé ait encore de la place pour déguster son gâteau. Il se peut qu'il ne maitrise pas encore l'art de souffler les bougies...aidez-le un peu.

Soignez l'ambiance et la décoration de table, photos et cadeaux seront bien sûr au rendez-vous.

Pour finir: les recettes

http://www.cubesetpetitspois.fr/gateau-aux-pommes-pink-lady-recette-bebe/

Un site très instructif autour du repas de bébé....une mine d'informations!

Et avec un peu d'imagination, on peut facilement transposer ces recettes en mode "sans gluten" avec des farines spéciales...

Bon Anniversaire bébé!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #dietetique infantile, #diversification alimentaire, #nutrition

Repost0

Publié le 18 Mars 2013

Céréales ou farines infantiles

Un peu d'histoire....

Léon Jacquemaire et Maurice Miguet, pharmaciens de Villefranche-sur-Saône, s'associent en 1881 pour ouvrir un laboratoire de produits alimentaires fortifiants. Ils s'intéressent au blé pour l'alimentation infantile. Miguet met alors au point en 1906 une bouillie céréalière, la Blédine. Diluée avec de l'eau dans un biberon puis chauffée, cette farine, obtenue par le broyage et le tamisage d'un biscuit de grains de blés, est destinée à l'alimentation des enfants intolérants au lactose.

La blédine est rapidement un succès commercial avec 15 000 boîtes vendues par mois, permettant de lutter contre la mortalité infantile. La marque Blédine est déposée en 1910. En 1929, la farine est enrichie au cacao, et les ventes annuelles montent jusqu'à 3 millions de boîtes. La marque s'appuie également sur une importante présence publicitaire, avec un budget colossal pour l'époque, de 5 millions de francs (pour un chiffre d'affaires de 18 millions de francs). Les visages d'enfants souriants et grassouillets s'affichent, avec comme slogan "la seconde maman". (source: Wikipédia)

Voilà comment tout commença, depuis les choses ont bien changé. Avec le travail des femmes, la modernisation des procédés industriels et la mondialisation, un panel d'offre de céréales infantiles sont à disposition des consommateurs. Quand et comment les consommer? Quel type de céréales choisir? La variété de l'offre nous perd dans nos choix...

Quelques généralités:

Les farines de céréales sont les plus utilisées dans l'alimentation des nourrissons. Mais il existe d'autres farines provenant de la pomme de terre, des racines comme le manioc ou bien le tapioca. Pour le reste les farines de graines ou de légumineuses restent encore assez rares dans l'alimentation des bébés.

Avant l'avènement des farines instantanées, nos grand mères devaient cuire dans de l'eau ou du lait (préalablement bouilli lui aussi) pendant plusieurs minutes afin d'obtenir la consistance voulue (liquide ou bouillie pour bébé). N'oublions pas qu'elles stérilisaient également les biberons et lavaient les langes à la main! Heureusement, la fée technologie est passée par là!

A partir de quel âge peut-on utiliser ces céréales pour bébés?

Généralement les céréales ne sont introduites qu'après six mois, en effet, le lait couvre parfaitement les besoins de bébé avant cet âge. Néanmoins, il existe certaines farines qui peuvent être introduites dès 4 mois. Tout dépend de le nécessité ou non d'introduire autre chose, surtout pour les gourmands qui ont encore faim après la tétée. Cela doit rester exceptionnel et s'effectuer sous couvert d'un avis médical avisé afin de prévenir le risque de carences.

Doit-on se méfier du gluten?

Il existe une intolérance au gluten chez certains bébés décelable dès le plus jeune âge, mais en l'absence de contre-indication du médecin, le gluten peut être introduit dès 4 mois. Dans tous les cas, l'introduction d'un aliment nouveau nécessite d'y aller progressivement. Les avis sont cependant très controversés face à l'augmentation des intolérances alimentaires au gluten (des adultes notamment) en augmentation ces dernières années. Un régime sans gluten est toujours très handicapant car la base de notre alimentation française en contient beaucoup. Il convient donc de peser le pour et le contre, de s'informer, d'essayer et d'être vigilant selon les antécédents familiaux du bébé.

Comment faire si la maman allaite au sein pour introduire des céréales?

Voilà une question intéressante puisque l'ajout de céréales en amont est impossible. Les céréales peuvent être mélangés aux yaourts, compotes, purées et soupes. Pour les mamans qui tirent leur lait, elles peuvent sans problème y ajouter des céréales.

Quels avantages présentent les farines infantiles?

Le large choix de saveurs et de variétés (5 céréales, au cacao, à la vanille, biscuité, aux fruits, aux légumes, etc....) permet d'initier bébé à de nouvelles saveurs culinaires. Les céréales permettent également de rassasier bébé afin qu'il tienne jusqu'au prochain repas ou qu'il ne réclame pas après la tétée obligeant ainsi les parents à augmenter les quantités de lait de manière parfois exagérée exposant bébé à une surcharge en protéine ou à une prise de poids anormale.

De plus, respecter les doses de lait permet d'éviter le trop plein d'estomac qui est souvent à l'origine de désagréments digestifs. Quelquefois, bébé se lasse du lait avant 3 ans, alors les céréales peuvent être salvatrices pour conserver un apport lacté sous forme liquide (bien que les autres formes répondent tout à fait aux besoins des touts petits).

Conclusion

Les céréales sont nos amies mais elles ne sont pas indispensables à la croissance de bébé. Consultez vos interlocuteurs de santé (puéricultrices, sage-femmes, pédiatres, médecins, nutritionnistes, etc....) pour vous guider. Elles ne doivent jamais être consommées au détriment du lait!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #dietetique infantile, #diversification alimentaire, #nutrition

Repost0

Publié le 26 Février 2013

Attention au miel avant 1 an!

Voici un article concernant le miel et les bébés.... à lire attentivement....

 

Une cuillère de miel d’oranger dans le biberon du soir, un peu de miel de lavande sur le sein ou la tétine pour mettre bébé en appétit… Attention : ces remèdes de grand-mère sont déconseillés aux enfants, et notamment aux tout-petits de moins de 1 an. Et ce pour plusieurs raisons.

 

Miel et risque de botulisme

 

Tous les miels, qu’ils soient pasteurisés ou non, bio ou non, sont susceptibles de contenir une bactérie appelée Clostridium botulinum. Si elle est le plus souvent sans danger, elle peut toutefois se révéler mortelle pour les tout-petits, car leur organisme, contrairement à celui des enfants plus grands et des adultes, ne peut pas encore la filtrer.

 

Cette bactérie produit une neurotoxine à l’origine d’une maladie grave, et parfois mortelle, le botulisme infantile. Les symptômes : nausées, vomissements, fatigue, étourdissements, maux de tête… et parfois, arrêt respiratoire et paralysie pouvant mener à la mort. Si cette maladie reste rare, il convient néanmoins de prendre toutes les précautions pour l’éviter en ayant ce réflexe systématique : ne jamais donner de miel aux bébés de moins de 1 an.

 

Miel et caries chez les tout-petits

 

Autre raison de ne pas mettre de miel dans le biberon ou sur la tétine de l’enfant : l’effet dévastateur sur la dentition à venir. Les dentistes constatent de nombreux cas de ce genre. En effet, même si le miel est légèrement moins cariogène que le sucre, il n’en reste pas moins composé de sucre. Et en tant que tel, il devient très néfaste pour la dentition, même naissante, s’il macère dans la bouche. C’est un peu comme si vous faisiez manger des bonbons à votre enfant avant qu’il ne se couche ! Pour les tout-petits, dans le biberon du soir, préférez l’eau de fleur d’oranger (1 cuillère à café) : c’est délicieux et sans danger.

 

Miel et enfants de plus de 1 an

 

Après 1 an, vous pouvez sans problème donner du miel aux enfants. C’est même conseillé. Car, rappelons-le, le miel est un excellent aliment pour leur croissance et pour soigner de multiples maux. Le soir avant le coucher, il calme et favorise le sommeil (les miels de lavande et d’oranger, bio de préférence, sont tout indiqués). C’est également un bon remède pour les enfants qui font pipi au lit. Dans ce cas, préférez le miel d’acacia, à diluer dans un verre de lait tiède. Mais attention : il est indispensable de se laver les dents après !

 

Photo : Maria Brzostowska

Article: Alix Lefief-Delcourt

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Du Bio pour mon bébé!

L'arrivée d'un enfant est un des premiers déclencheurs de consommation de produits bio en France!

Cette affirmation illustre bien les questions que se posent les parents autour de l'alimentation et la santé de bébé. Les jeunes parents étant des cibles marketings de premier choix, ils sont assaillis de publicités en tout genre et cela se ressent sur leur porte monnaie...

Alors évidemment la question du prix de l'alimentation se pose.

Dois-je choisir des produits bio pour mon enfant?

Les produits locaux (même non estampillés bio) sont-ils également un gage de qualité? Ils n’ont pas subi de transports longue distance en chambre froide, et ils sont de saison. Nos grands parents, n'ayant pas connu toutes ces crises alimentaires, ne se posaient pas la question, mais la nouvelle génération de parents semble plus soucieuse d'une alimentation saine et responsable.

A l'heure du développement durable et des médias, il convient de faire le tri dans tout cela. Consommer oui, mais de manière éclairée et responsable.... Penchons-nous sur ces questions:

Le bio qu'est-ce que c'est?

Il s'agit d'une agriculture sans engrais chimiques et pesticides qui favorise la biodiversité et lutte contre la pollution par les produits chimiques de notre environnement. Le Bio est basé également sur le respect de la terre et de ses cycles biologiques. Les engrais utilisés sont naturels comme le compost par exemple.

Il existe des labels avec des cahiers des charges et des contrôles stricts du mode de production et de préparation des produits. A l'heure du scandale des lasagnes surgelées, les notions de traçabilité et de contrôles controversées ne touchent pas les produits bio car les contrôles sont d'autant plus stricts et rigoureux par les labellisateurs... ouf!

Il est possible de trouver aujourd'hui la quasi totalités des produits de grande consommation au rayon Bio. C'est donc aussi le cas du rayon bébé en passant par les petits pots, les laits infantiles, les yaourts ou les biscuits, les bébés trouveront leur bonheur en Bio.

Les labels Bio respectent donc la qualité et l'environnement, que demander de plus... Ha oui des prix plus bas! Je vais donc vous rappeler un vieil adage qui dit que tout ce qui est rare est cher....Alors à vos paniers messieurs, dames!

Et au niveau nutritionnel?

Les aliments de l’agriculture biologique (AB) sont souvent plus complets, moins raffinés et issus de la nature. La réduction des procédés de transformation les rend plus riches en vitamines, fibres ou oligoéléments. Ceci est valable pour certains produits mais ce n'est pas significatif en terme de quantités (cela se joue à peu de choses près!)

Les légumes bio sont parfois moins riches en nitrates, légumes et fruits n'ont pas forcément besoins d'être épluchés et on peut donc profiter des vitamines qui se trouvent plus concentrées dans les peaux et écorces des végétaux. Et également réduire les pertes d'épluchage et faire des économies en réduisant les déchets.

Les céréales et les pommes de terre bio sont moins riches en protéines et permettent de préserver la fonction rénale de bébé, tout en diminuant le risque de suralimentation protéinique qui est un des maux de notre société. "On est foutu on mange trop (de protéines)!"

Enfin, le lait et les œufs bio sont plus riches en acides gras essentiels et respectent les animaux. Ainsi, les poules ne sont pas enfermées dans des batteries et doivent disposer d'un espace suffisant (en plein air bien sûr)! Il en est de même pour tous les élevages d'agriculture Bio.

Quid des OGM?

Un agriculteur bio n'a pas le droit d'utiliser des OGM. L'interdiction est formelle, cependant, depuis l'acceptation du nouveau règlement européen de l'agriculture biologique ( en janvier 2009), les règles ont été "assouplies" et une tolérance d'un taux de contamination par les OGM à hauteur de 0,9 % s'applique

Reste le problème environnemental : une culture bio peut être pollinisée par une culture d'OGM voisine... Un produit 100 % bio n'existe pas !

Il est très difficile de résister aux OGM tant leur culture est intensive dans le monde, aux consommateurs de se faire entendre...

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #bio, #diversification alimentaire, #nutrition

Repost0

Publié le 15 Février 2013

Prévenir les allergies alimentaires de mon bébé

De plus en plus de bébés sont étiquetés allergiques. Nos grand-mères pensent que c'est parce qu'on les couve trop. Nos mères associent les allergies à la pollution. Et nous, parents, sommes perdus tant les schémas diffèrent ainsi que les discours traitant du sujet.

 

De quoi s'agit-il?

L'allergie est une réaction du système immunitaire du corps humain. L'organisme perçoit comme une menace certaines substances et fabrique des anticorps pour s'en protéger. Certains cas peuvent être sévères et nécessitent un régime strict avec des conséquences non négligeables en terme de qualité de vie.

Les allergies sont bien souvent rencontrées chez les bébés prédisposés génétiquement. C'est à dire avec un terrain familial propice à développer des allergies. On ne détecte pas dès les premiers mois de vie les allergies car elles résultent de réactions chimiques qui prennent du temps à s'installer. On parle donc de tolérance ou d'intolérance aux aliments qu'on introduits dans les menus de bébé. Cette acquisition de tolérance se fait pendant la diversification alimentaire c'est à dire entre 4 et 6 mois.

Cette étape doit être progressive en proposant les aliments séparément conformément au tableau d'introduction qui se trouve dans le carnet de santé de bébé.En effet, si plusieurs aliments sont donnés en même temps, il sera difficile d'isoler l'élément déclencheur de l'allergie.

Tableau pour information : http://nutritioninfantile.overblog.com/diversification-alimentaire

 

Qui sont les enfants à risque ?

Les enfants dont les parents présentent des allergies alimentaires, et les bébés ayant déjà été diagnostiqués allergiques ont plus de chances de développer des allergies alimentaires. A noter que toutes les allergies (contact, respiratoires, alimentaires) rentrent en ligne de compte car les mécanismes sont très proches.

Les enfants dont les frères et sœurs sont touchés par des allergies on également plus de chance d'en développer. Donc le critère de fragilité retenu en premier est le facteur génétique. Ensuite, les facteurs environnementaux permettront aux prédisposés d'exprimer leurs réactions allergiques. On sait que la présence de moquette, acariens, animaux, poussières et moisissures sont des éléments déclencheurs de beaucoup d'allergies. Mais pour les aliments ce n'est pas si simple...

 

Comment prévenir les allergies alimentaires ?

• L’allaitement maternel peut prévenir le risque d’allergie car la maman, en mangeant de tout, favorise l'exposition progressive aux allergènes passant dans le lait à faible dose.

• L'utilisation de lait hypoallergénique 1er âge (HA 1) n'a pas totalement fait ses preuves en matière d'efficacité. De plus, ce lait ne parviendra pas à protéger votre enfant contre l'allergie aux protéines du lait de vache et n'est pas très toléré par les bébés au niveau digestif.

• Pour finir, suivez scrupuleusement les conseils des professionnels de Santé qui vous aiguilleront pour mener votre diversification alimentaire. Elle est conseillée entre 4 et 6 mois. La reculer, ou éviter les aliments dits allergisants n'est plus d'actualité.

 

Petite astuce en cas d'allergie avérée:

Prévenir tout l'entourage ( Famille, professeurs, infirmière scolaire, amis, baby-sitter etc....). Pour les plus petits n'hésitez pas, en plus de la mention dans le carnet de santé, à lui fabriquer une carte ou un bracelet qui signale l'allergie qu'il gardera toujours sur lui!

 

Quels sont les signes d'une réaction allergique?

Ils sont divers et variés et ne peuvent, à eux seuls, constituer un diagnostic. Parlez-en à votre pédiatre ou médecin généraliste afin d'en avoir le cœur net. Dans tous les cas, en cas d'urgence vitale (détresse respiratoire sévère ou réaction de peau étendue et évoluant rapidement) faites le 15 ou rendez-vous aux urgences les plus proches.

Pour en savoir plus:  http://allergies.afpral.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #prevention, #diversification alimentaire, #allergie

Repost0

Publié le 1 Février 2013

L'avènement des forums Santé du Net

Qu'est-ce que c'est?

 

Les forums Santé sont des lieux de rencontres et d'échanges sur Internet très interactifs. L'échange d'informations se fait grâce aux messages des utilisateurs, et ce, de façon différé ce qui différencie les forums de discussion de la messagerie instantanée.

Les thématiques se présentent sous forme de « fils » de messages publiés de façon durable. Ces publications sont accessibles sur la toile par tout un chacun sans forcément devoir s'identifier et créer un compte sur le site. Les informations retrouvées sont le fait de plusieurs auteurs.

 

De quoi ça parle?

 

En ce qui concerne la nutrition infantiles les sujets les plus souvent abordés sont:

La diversification alimentaire, l'allaitement, la nutrition santé, la cuisine et les recettes pour bébés, l'aversion à certains aliments, les allergies alimentaires, la psychologie de l'alimentation, le transit, les régurgitations, les coutumes alimentaires, la prévention de l'obésité infantile, la conservation et l'hygiène alimentaire, les troubles de la déglutition, les matériels et ustensiles de cuisine, les produits diététiques du commerce, l'hydratation et la littérature traitant de tous ces sujets.

 

Comment ça marche?

 

Quand un jeune parent (bien souvent une maman!) écrit un message, il lance un nouveau fil de discussion. Ensuite, chaque participant alimente la discussion en déposant ses réponses ou messages associés.

Les discussions sont ensuite classées pour plus de lisibilité par ordre chronologique ou par ordre hiérarchique en fonction du nombre de réponses associées aux messages.

 

Quels sont les forums les plus prisés?

 

En matière de santé du jeune enfant on retrouve:

-Le forum des maternelles (émission télévisée traitant de la parentalité) http://forums.france5.fr/lesmaternelles/Diversificationalimentaire/liste_sujet-1.htm

-Le forum Doctissimo (le leader des forums Santé en général) http://forum.doctissimo.fr/nutrition/alimentation-enfant/liste_sujet-1.htm

-Le forum au féminin ( qui s'adresse plus particulièrement aux femmes) http://www.aufeminin.com/forum/show1_bebes3_1/cuisine/cuisine-pour-les-bebes.html

-Le forum famili.fr http://www.famili.fr/alimentation-du-bebe,2701281.asp1

-Le forum être enceinte (traitant de la maternité) http://www.etreenceinte.com/

J'en oublie volontairement tant le choix est large....

 

Quel éthique pour ces forums?

 

Beaucoup de forums exigent l'acceptation d'une charte avant toute participation. Une telle charte régit l'usage qui peut être fait du forum. Le responsable du site organise les discussions et a un rôle d'animation, de surveillance et peut même censurer certaines réponses qui ne respectent pas la charte.

En France il n'existe pas de législation spécifique s'appliquant aux forums de discussion. Le non-respect de la charte d'utilisation d'un forum (insultes, xénophobie, etc.) peut conduire l'équipe responsable du site à bannir un utilisateur ou à supprimer un compte, voire à engager des poursuites...

 

Quid de la fiabilité de ces forums?

 

Les sites certifiés sont contrôlés de A à Z chaque année. Et surveillés en permanence par des ordinateurs qui détectent les changements apportés par les organisateurs. Mais ce système a aussi ses limites. Un quart des sites certifiés proposent également des blogs ou des forums de discussion. Des espaces ouverts aux internautes et où l'information santé n'est pas toujours fiable.

Un petit logo rouge et bleu avec les lettres HON et la date de certification est accordé si le site internet respecte un certain nombre de principes éthiques : les sources des informations médicales doivent être indiquées, les bienfaits des traitements justifiés scientifiquement, toute publicité clandestine pour tel ou tel médicament est interdite... Le site doit aussi présenter ses sources de financement.

 

Prévention....

 

Nous avons parlé du manque de fiabilité, mais je rajouterai également qu'il existe des arnaques diverses et variées puisque ces forums sont anonymes. Les tentatives de ralliement à des causes pas jolies-jolies comme les sectes, le manque de qualification en matière de nutrition de certains interlocuteurs, le bombardement publicitaire ainsi que toutes les dérives que l'on peut imaginer m'amène à vous inciter à la plus grande prudence concernant le contenu de ces forums.

De plus, les guerres entres parents concernant le sein ou le biberon, le pouce ou la tétines, etc... sont monnaie courante sur les sites.

 

Conclusion

 

Les forums peuvent s'avérer utiles pour rassurer les jeunes parents en détresse face à l'assiette de leur bébé, les déserts médicaux pédiatriques gagnant du terrain, ces forums tendent à se démocratiser dans notre pays.

Les interlocuteurs ne sont pas forcément qualifiés pour répondre aux questions des parents et les conseils prodigués ne dispensent sûrement pas d'une consultation avec un professionnel de Santé.

Tous les bébés sont différents et ce qui est valable pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre. Alors amusez-vous, mais pas avec la santé de bébé! Demandez conseil à votre PMI, votre pédiatre, votre sage-femme, votre puéricultrice, votre généraliste avant de passer à l'action...

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Janvier 2013

Un article non sponsorisé pour choisir ses ustensiles de cuisine...

Une chose est sûre bébé nait avec pas ou peu de dents, alors c'est clair, il faut adapter son alimentation. De plus ses besoins nutritionnels étant différents des nôtres autant dire que la cuisine pour bébé, c'est pas gagné d'avance...

 

Les commerciaux l'ont bien compris, on va avoir besoin d'aide. L'offre regorge d'ustensiles culinaires divers et variés. Cela méritait bien un petit billet pour éviter de se faire avoir comme la plupart d'entre nous.

 

Comment s'armer de logique face aux pros du marketing? = pot de terre contre pot de fer!

 

Tout d'abord soyons pragmatiques, il faut faire l'état des lieux de ce que vous possédez déjà, de votre bourse et de la place dont vous disposez dans votre cuisine. L'appareil multifonctions et compact prendra toujours plus de place que ce que vous possédez déjà puisqu'il s'agit d'un élément en plus que vous allez devoir intégrer dans votre cuisine.

Exemple: une cocotte vapeur ou un couscoussier plus un mixeur plongeant que vous avez déjà remplacent allègrement le babyc*** (appareil très prisé des mamans qui ne permet pas de faire plus de deux pots à la fois et qui coûte un bras soit une centaine d'euros).

 

Oui mais question vaisselle me direz vous, le robot pour bébé minimise les dégâts! C'est vrai que cette information est de taille quand on a doublé ses machines de linge et son temps vaisselle (biberons, assiettes, bavoirs, ustensiles etc....)

Le choix le plus économique consiste à embaucher son ou sa conjointe pour nous donner un coup de pouce afin d'effectuer les tâches ménagères. Mais si cette option ne s'offre pas à vous (pour des raisons diverses et variées!) il vous reste le lave-vaisselle, un appareil merveilleux qui (si vous avez la place pour) permet de coller biberons, goupillon, appareils, casseroles, bavoirs en plastiques, petits pots, etc... dedans pour un maximum d'économie de temps et d'énergie!

 

Un point sur la yaourtière:

Son utilisation est simple comme bonjour, rapide et artisanale. Mais attention, face à l'engouement pour le fait-maison de ces dernières années, les prix ont flambé! On peut en trouver facilement d'occasion (j'ai acheté la mienne chez emmaüs pour la modique somme de 3 euros.) Une astuce, vous pouvez utiliser les petits pots en verre de bébé comme contenants à yaourts.

 

Le stérilisateur à biberons:

Cela fait des années qu'on ne stérilise plus les biberons! Mais vous trouverez à peu près partout cette arnaque hors de prix. Lavez-vous biens les mains avant de préparer vos biberons. Utilisez de l'eau en bouteille adaptée à bébé. Ne conservez pas le lait plus d'une heure après sa reconstitution. Lavez soigneusement vos bibs' après utilisation (le lave vaisselle lave à haute température) et le tour est joué!

 

Le réchauffe petit pot et le chauffe biberon:

Une casserole pour faire un bain marie ou un four micro-ondes feront bien l'affaire. D'une manière comme d'une autre, la vérification de la température avant de faire manger bébé s'impose pour éviter le risque de brûlure. Pour éviter de retapisser l'intérieur de votre micro-ondes, versez le contenu du pot dans un bol mais n'utilisez pas de film étirable bourré de bisphénol A.

 

Le mélangeur anti-grumeaux:

Voici donc l'arnaque du siècle vendue à des milliers d'exemplaires grâce à une campagne de publicité efficace. Pour les laits qui ne se diluent pas bien, il suffit de faire chauffer l'eau avant d'incorporer la poudre et pour les épaississants, reconstituez d'abord votre lait, secouez et incorporez en dernier l'épaississant. N'oubliez pas d'adapter la vitesse de la tétine en fonction de l'âge de bébé et de votre préparation. (pour les céréales par exemple)

 

Pour conserver la nourriture de bébé Oubliez donc le Tupperware de votre grand mère et autres sachets de congélation qui ne sont pas aux normes alimentaires pour les bébés. Les moules à glaçons en silicone permettent de faire des petites purées portionnées dont vous vous servirez en piochant la quantité voulue pour le repas de bébé. Les emballages doivent être prévues pour la congélation, donc en polypropylène (5). Les petits pots en verre ou les mini bocaux (sauces pesto ou bolognaise) peuvent parfaitement être congelés à condition de ne pas trop les remplir sous peine de les voir exploser à la chauffe.

 

Pour le lait en poudre, notons que se balader en ville avec la boite entière n'est pas aisé. Il existe des petites boites bon marché prévues pour contenir la bonne dose de lait sans s'encombrer. La poudre est ainsi compartimentée. Lorsque vous souhaitez donner le biberon à votre enfant, il suffit de verser la poudre dans l'eau. Pour le coup, un tupper' avec la dosette dedans peut aussi éviter d'investir...

 

Voilà, je terminerai par une phrase que j'ai lue je ne sais plus où: "On accueille un bébé en ouvrant son cœur et non son portefeuille'. Alors bye bye stérilisateurs, chauffe biberons et autres... Bonjour économie et écologie. N'oubliez pas que tout ce que vous achèterez contribuera au gaspillage et à la pollution de notre planète. Le meilleur cadeau que vous puissiez faire à votre bébé est d'y penser!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #petits pots, #diversification alimentaire, #marketing

Repost0

Publié le 26 Janvier 2013

Le passage de l'alimentation lactée à l'alimentation solide est toute une aventure tellement les recommandations des professionnels sont multiples et changeantes au fil des recherches scientifiques.

Pour aider les parents à s'y retrouver, le tableau d'introduction des aliments qui se trouve dans le carnet de Santé de votre enfant risque de vous être utile...

Pour reprendre les grandes lignes, le lait (sous toutes ses formes) est indispensable jusqu'à trois ans.

Les légumes secs seront introduits vers 15-18 mois.

Sauf antécédents d'allergies familiales, le gluten pourra être consommé à partir du 7eme mois.

Concernant les protéines animales (viande, poisson, oeufs) on pourra appliquer la règle du "10 grammes par année d'âge". Donc si je calcule bien...à 50ans c'est l'entrecôte de 500g! (dédicace spéciale à mon beau père au régime qui a sauté sur l'occasion!)

Ne diabolisez pas les matières grasses et usez-en sans en abuser.

L'eau est la seule boisson indispensable (retardez le plus possible la consommation de jus de fruits, sodas et ne jamais donner d'alcool à un enfant).

Une parenthèse concernant l'adjonction de sucre dans le biberon d'eau pour inciter bébé à boire: Ce n'est pas recommandé du fait des risques de caries, obésité et perte de plaisir de consommer de l'eau pure!

L'eau sera préférée en bouteille et non minéralisée (elle doit comporter le logo "convient à l'alimentation du nourisson") .

Au risque de me répéter, limitez le sel et les produits sucrés.

Bon appétit les petits....

diversification alimentaire

Voir les commentaires

Repost0