dietetique infantile

Publié le 31 Janvier 2014

Tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur le lait de bébé

Parmi les 300 références de lait différentes, il est bien difficile de s'y retrouver.

Pour faire un choix éclairé, en France, il faut avoir beaucoup de temps devant soi et et une bonne dose de patience!

Pour vous aider je vous avais concocté un petit guide en juillet dernier que vous pourrez retrouver en cliquant sur ce lien: http://nutritioninfantile.overblog.com/comment-choisir-le-bon-lait-pour-b%C3%A9b%C3%A9

Voici donc un florilège d'idées reçues et interrogations qui méritent d'être tirées au clair pour vaincre l'opacité ambiante qui règne autour des laits infantiles.

Le lait infantile est enrichi en vitamines:

C'est vrai, si vous allaitez votre bébé, il faudra supplémenter votre petit en vitamine K et D pour éviter les carences. Ceci dit, même avec un allaitement artificiel, les apports en vitamine D ne seront pas comblés: http://nutritioninfantile.overblog.com/petite-histoire-de-la-vitamine-d

Les ajouts dans les laits infantiles ne sont pas toujours justifiés scientifiquement:

Jusqu'à présent c'est vrai! Les allégations Santé et les ingrédients sont parfois plus des arguments marketing que scientifiques, néanmoins la loi a changé en 2013 et le décret d'application devrait voir le jour très prochainement. Bientôt tous les ajouts devront être justifiés par des études et les appellations devront être validées par les autorités. Bien sûr, les études étant menées par les fabricants eux-même, le consommateur est en droit de se poser la question de la validité de celles-ci. Malheureusement, vu le coût engendré par de telles études, l'état ne peut s'y atteler...

Le lait infantile est trop chargé en fer et en minéraux comme le calcium et le sodium:

C'est faux, les taux sont soumis à règlementation et il ne faut pas comparer la composition des laits avec celle du lait maternel. En effet, le lait maternel contient d'autres substances permettant de mieux absorber le fer et les sels minéraux. Actuellement, il est encore impossible de copier ces substances, il faut donc augmenter les quantités pour subvenir aux besoins de bébé. De plus la qualité des nutriments étant bien meilleure dans le lait maternel, la qualité prime sur la quantité.

C'est le même principe aussi pour les protéines.

L'arôme de vanille est interdit dans le lait artificiel:

C'est vrai pour le lait 1er âge mais après on peut en retrouver dans certaines préparations.

A l'origine, l'arôme vanille était utilisé pour masquer le goût du fer, on lui reprochait son côté trop chimique et surtout la modification trop prononcé du goût du lait. Les avancées technologiques ont permis d'encapsuler le fer pour parer au désagrément du goût métallique de celui-ci, mais la loi n'a pas statué sur les préparations de suite (à partir de 6mois). J'écrirai un billet spécial à ce sujet.

On peut passer d'un lait hypoallergénique à un autre sans problème:

C'est faux! Les laits (HA) ne sont pas tous équivalents et vous exposeriez votre bébé à un risque allergique en changeant tout seul la marque de lait que vous utilisez...Prudence donc.

Les alternatives au lait de vache sont fortement déconseillées pour les bébés:

C'est vrai et faux à la fois, certains laits sont étudiés pour répondre aux besoins de bébé, comme les versions riz, soja et chèvre. Il faut veiller toutefois à ce que l'appellation "préparation pour nourrissons" soit marquée sur l'emballage. Les autres laits, même si la boîte ressemble à s'y méprendre à une préparation pour nourrissons ne sont pas du tout adaptés. Attention au soja qui aurait des effets néfastes sur la fertilité des petits garçons sur le long terme.

La taurine est mauvaise pour la santé de bébé:

Je ne sais pas mais je dirai que dans le doute mieux vaut s'abstenir! Il est vrai qu'on en retrouve dans le lait maternel, mais comme je le dis plus haut, on ne sait pas si c'est sous la même forme et comment elle est absorbée. Vouloir copier à tout prix le lait maternel est un argument de vente, mais en l'absence d'études sérieuses, les bénéfices restent à démontrer. De plus, certains fabriquants n'en mettent pas dans leurs préparations alors si c'était essentiel, ils seraient déjà en prison non?

Si bébé a la diarrhée, il faut le mettre en régime sans lactose:

C'est faux, les études n'ont pas montré d'incidence sur le transit de bébé lorqu'on enlève le lactose dans l'alimentation de bébé. Seules les diarrhées persistantes et certaines maladies justifient ce régime.

Les laits sur ordonnance sont remboursés intégralement par la sécurité sociale:

Faux, aussi étonnant que cela puisse paraitre, les laits spéciaux sur prescription médicale sont remboursés totalement pour certains, partiellement pour d'autres voir pas du tout!

J'espère vous avoir éclairés sur certains points particuliers concernant les laits artificiels, au risque de me répéter, le lait maternel est l'aliment le plus adapté à votre bébé. Un grand merci à la diététicienne qui m'a apporté toutes ces connaissances.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 8 Janvier 2014

Bébé refuse le lait, que faire?

Les refus de boire du lait par les bébés sont peu fréquents. Cependant ces situations arrivent parfois et peuvent s'avérer stressantes pour les parents.

Pourquoi le lait?

Comme tous les mammifères, les petits êtres humains naissent avec de forts besoins alimentaires pour assurer leur développement harmonieux au cours des premiers mois de leur vie.

Le lait constitue alors l'apport unique et indispensable au régime alimentaire de nos bébés. Le lait le plus adapté à l'enfant est celui de sa mère mais il existe des substituts appelés laits infantiles ou préparations pour nourrissons.

Il contient :

  • Du calcium et du phosphore pour constituer son capital osseux et participer à sa croissance

  • Du fer pour renforcer son système immunitaire et favoriser les échanges en oxygène

  • Des graisses qui contribuent au bon développement du cerveau et de la vue du bébé et qui apportent de l'énergie

  • Des minéraux qui jouent un rôle d'équilibre des cellules

  • Des sucres qui apportent de l'énergie

  • Des vitamines

  • Des protéines qui aident le corps à se régénérer et grandir

  • Des anticorps et bien d'autres composants sont présents dans le lait maternel pour protéger bébé des infections.

Autant dire qu'un bébé qui refuse cette potion magique représente un vrai casse-tête pour les parents surtout si le bébé est très jeune!

Quelle conduite adopter?

Il se peut que le biberon ne plaise pas vraiment à votre enfant. Dans ce cas, quelques stratégies pourraient s'avérer utiles pour contrer ce désagrément.

Le lait à la cuillère, timbale, seringue, ou au verre est une méthode fastidieuse mais qui a fait ses preuves. Soyez patients pour que votre Loulou ne fasse pas de fausse route.

Le changement de tétine est également une solution intéressante à expérimenter. Il existe des formes et des matériaux différents qui peuvent parfois modifier les sensations gustatives ou sensitives lors de la tétée. (Le caoutchouc a un goût léger mais perceptible).

La chaleur du lait peu faire obstacle, certains bébés préférant le lait froid.

Pour compléter ces premières informations, je rajouterai qu'on peut essayer de changer de marque de lait ou d'eau pour la recomposition du biberon.

Selon l'âge de l'enfant, vous pouvez également ajouter un peu de céréales infantiles ou des légumes mixés pour changer la saveur du lait. Les quantités seront adaptées à l'âge de l'enfant. Attention de ne pas brûler les étapes de la diversification alimentaire en proposant des céréales contenant du gluten par exemple.

Pour les plus grands, les produits laitiers autres que le lait pourront assurer les besoins en calcium.

Voir les équivalences des quantités dans mon billet: http://nutritioninfantile.overblog.com/quel-yaourt-pour-bebe

D'autres pistes :

Il se peut que votre bébé veuille grandir avant l'heure et ait envie de faire comme les grands. Dans ce cas, ne le privez pas de boire au bol ou à la paille comme un "grand".

En période d'opposition, son refus peut être interprété comme un moyen d'expression. C'est peut-être une période transitoire, essayez de rester zen et de ne pas trop exprimer votre stress à votre petit. Reproposez-lui plus tard ou posez le biberon en évidence sans trop le regarder.

Mon enfant ayant l'esprit de contradiction, il m'est même arrivé de lui donner son biberon après avoir fait semblant de lui interdire!

Quelques pièges à éviter :

Ne sucrez pas le lait de votre enfant car vous perturberiez son équilibre alimentaire.

Ne modifiez pas l'alimentation de votre enfant sans l'avis d'un professionnel de santé.

Les laits végétaux ne sont pas adaptés aux bébés et ne remplacent pas le lait infantile.

Ne dramatisez pas la situation, il existe sûrement une solution!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #lait infantile, #allaitement, #nutrition infantile, #dietetique infantile

Repost0

Publié le 17 Décembre 2013

Privé de dessert à la cantine?

Un petit billet concernant certaines pratiques encore en vogue aujourd'hui dans certains établissements, témoignage d'une maman:

"Bonjour à tous et à toutes,

Je me permets de venir vers vous car je suis un peu perdue. Mon fils à 3 ans 1/2. Il est à l'ecole depuis septembre. A la cantine c'est : "tu ne mange pas ton assiette, tu n'aura pas de dessert !"

Bon ou mauvais comportement ? Je me demande... Je comprends la raison pour laquelle elles font ça, mais j'ai du mal à supporter le fait que mon fils passe des journées entières sans rien avoir dans l'estomac... En plus je paye quand meme ses repas (entree, plat, dessert) mangé ou non ?

Pourriez vous m'aider ? Me dire si la pratique de mon ecole est générale ? Ont-ils raison de faire ca ?

Je sais plus, je suis peut être un peu trop maman poule... HELP ME !!! "(Source forum les maternelles.fr)

C'est sûr que cette situation est questionnante pour les mamans. Quand il s'agit de nos petits et de leur santé il est normal de vouloir le meilleur.

Je crois bien que cette pratique est encore courante en France. En effet, nous héritons toujours du postulat selon lequel un enfant bien élevé est un enfant qui fini sont assiette! Penchons-nous sur les éléments permettant de mieux comprendre le pourquoi de cette pratique.

Il me semble que les personnes chargées de gérer les repas dans les écoles ne sont pas spécialistes de l'éducation et encore moins de la nutrition infantile. En effet, les dames de service et les ATSEM ( Agent territorial spécialisé en école maternelle), ne disposent pas toujours d'une formation solide pour mener un travail d'actualisation de leur pratiques en regard des nouvelles recommandations. Elles ont plutôt une formation d'accueil, elles ne sont ni professionnelles de santé, ni éducatrices. La diététicienne qui valide les menus, l'enseignante, l'infirmière scolaire et la directrice de l'établissement sont plus à même de prendre les décisions concernant le repas de vos enfants à l'école.

Si ces pratiques perdurent, c'est qu'elles n'ont pas été revisitées par ces interlocutrices. (J'utilise le féminin car la majorité des personnels en ecole maternelle sont des femmes!)

Priver un enfant de dessert peut avoir de lourdes conséquences sur le long terme et me paraît injustifié:

-Il est normal d'exiger qu'un enfant goûte à tout mais en aucun cas ne finisse son assiette.

-Ce forcing alimentaire risque de favoriser les troubles du comportement alimentaire (phobie, blocage, anorexie, boulimie, hyperphagie).

-La situation de repas se doit d'être conviviale et sociabilisante, ce qui n'est pas le cas dans cette situation.

-Les fruits valent aussi bien que les légumes sur le plan nutritionnel.

-Le dessert est un plaisir mais en aucun cas une récompense.

-Sauter un repas en maternelle s'apparente à de la maltraitance puisque les petits sont en pleine croissance et ont des besoins énergétiques importants du fait de leurs dépenses physiques et psychiques.

-Les risques de mauvaise concentration, fatigue, nervosité sont élevés si votre enfant passe la journée l'estomac vide.

-L'équilibre alimentaire est complètement déstructuré et l'enfant risque de se "jeter" sur son goûter ensuite entraînant une surconsommation de produits trop riches.

Pour finir, quelques astuces pour contrer ces désagréments:

Lisez le menu avec votre enfant avant de le déposer à l'école afin de le préparer psychologiquement et mieux l'aider à visualiser le repas qui l'attend.

Dialoguez avec votre enfant afin de savoir ce qu'il a aimé ou pas et pourquoi, essayez de savoir si la totalité du repas lui a été proposée.

Variez les menus dès le plus jeune âge pour que la marche entre la cuisine familiale et la cuisine collective soit moins haute.

Lâchez du lest et observez son comportement à table à la maison, continuez de surveiller sa croissance staturo-pondérale avec les courbes du carnet de Santé: http://nutritioninfantile.overblog.com/les-courbes-les-normes-et-b%C3%A9b%C3%A9

Discutez du déroulement du repas avec le personnel à la sortie de l'école, impliquez vous dans la vie de l'établissement.

Respectez l'équilibre alimentaire de la journée. Certaines mamans anxieuses de voir leur enfant affamé vont surcharger le petit déjeuner et même glisser une collation matinale dans le cartable ou bien se rattraper sur le goûter et le dîner.

Si la situation vous semble inquiétante n'hésitez pas à en parler avec les autres parents d'élèves et l'équipe pédagogique. Le dialogue pour trouver des réponses à vos questions et trouver un terrain d'entente est primordial pour le bien être de tous.

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #restauration collective, #dietetique infantile, #ecole

Repost0

Publié le 15 Novembre 2013

La guerre des goûters

Le goûter, mélange de souvenirs d'enfance teintés de plaisir, de souvenirs d'école et de weekends chez mamie.

Aujourd'hui c'est le tour de votre enfant de profiter de ce moment privilégié, oui mais pas n'importe comment...

Définition

Le goûter est LA petite collation plaisir des grands et des petits. Elle a lieu en milieu d'après-midi, plutôt vers 16h en France. Le goûter ou 4h, permet aux enfants de tenir jusqu'au dîner en rechargeant les batteries et en faisant une pause entre l'école et la maison (les devoirs!).

Histoire

L'existence de cette collation remonte au moyen âge . Le goûter étant alors composé de pain et jambon pour les paysans afin de reprendre des forces sur le champ. A la renaissance il comprend du pain, beurre et confiture, laissant place au chocolat plus tard lors de son importation sur le continent. Peu à peu, le goûter traditionnel se modifie avec l'industrialisation de nos modes de vie. Le travail des femmes grandissant, le goûter a plus souvent lieu à l'extérieur (crèches, garderies, écoles). Sa composition se porte vers les produits facilement transportables, non périssables, ne nécessitant pas de longue préparation de la part des parents.

Les industriels l'ayant bien compris, une véritable guerre des goûters est déclarée et les offres diverses et variées se multiplient à outrance.


Quelques règles de base pour s'y retrouver dans ce capharnaüm des industriels:

-Je ne le répèterai jamais assez mais les produits vous paraissant les plus transformés, chimiques, préemballés et compagnie, ne doivent pas constituer la base d'une alimentation. Ils doivent tout au plus être consommés occasionnellement.

-Adaptez le menu en fonction de l'âge de votre enfant mais aussi du lieu ou sera pris la collation.

-Variez les aliments pour casser la monotonie et apporter tous les éléments nécessaires à la bonne santé de votre enfant.


Quel goûter à quel âge?

A partir de 6 mois: Quelques cuillerées de compote (pomme, poire) en plus de la tétée ou du biberon habituel.

A partir de 7 mois: 130g de compote, une tétée ou biberon ou laitage.

A partir de 9 mois: Lait ou yaourt ou fromage blanc avec une compote ou des fruits.

Dès 1 an: une tartine pain/beurre/confiture/chocolat/miel ou un biscuit + une compote ou un laitage

Quels produits choisir?

Les compotes maison ou toutes prêtes sans additifs, colorants, conservateurs et sucres ajoutés constituent un élément intéressant du goûter. Très appréciée des bébés, elle n'ont pas besoin d'être estampillées "bébé" pour être adaptées à votre tout petit.

Les laitages doivent être présents au goûter jusqu'à 1an.

Voir article sur le lait: http://nutritioninfantile.overblog.com/comment-choisir-le-bon-lait-pour-b%C3%A9b%C3%A9

Et les yaourts: http://nutritioninfantile.overblog.com/quel-yaourt-pour-bebe

Ainsi, vous pourrez à partir de 9 mois proposer yaourt, verre de lait, fromage blanc, fromage, etc.... Je vous souhaite bon courage par contre pour trouver des briquettes de lait non aromatisées et non sucrées dans le commerce! Oui vous savez celle qu'on avait à la maternelle avec la paille et les vaches dessinées dessus! Même en version bio il n'existe que fraise ou chocolat. Paradoxe d'une société qui se veut préventive en matière d'éducation à la santé et qui ne s'insurge pas qu'on ne laisse pas le choix aux parents de se procurer de bons produits sains et naturels!!!!

Concernant les produits céréaliers, vous aurez l'embarras du choix tant l'offre est fournie. Mieux vaut une bonne tranche de pain avec un carré de chocolat (noir) plutôt qu'un pain au chocolat ou autre viennoiserie. Bien entendu, le dimanche on peut se faire plaisir!

Pour les biscuits, le fait maison ou les biscuits basiques "pur beurre" sont de meilleure qualité que les gâteau fourrées à l'huile de palme, colorant, conservateurs, etc...

La boisson reine du goûter sera l'eau à boire sans modération pour hydrater bébé. Cependant un jus de fruits (100% fruits) coupé avec de l'eau, une tisane ou un jus de légumes peut-être proposé occasionnellement pour varier les plaisirs.

Pour les produits bio, locaux et artisanaux, NE VOUS PRIVEZ PAS!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #dietetique infantile, #malbouffe

Repost0

Publié le 28 Juillet 2013

Comment choisir le bon lait pour bébé?

Je vais essayer de vous concocter un petit guide pour choisir le lait qui conviendra le mieux à votre loulou en prenant point par point les éléments essentiels qui orienteront votre choix.

  • Point n°1: Quel âge a votre bébé?​

-Bébé prématuré: Lait spécial à choisir avec avis d'un spécialiste

-De 0 à 6 mois: Lait 1er âge, comme son nom l'indique, ce lait est idéal pour bien commencer et est parfaitement adapté aux tout petits. (code couleur bleu).

-De 6 mois à 1 ans: Lait 2ème âge, ce lait s'adapte à la croissance de votre bébé et à sa maturité physiologique, ne le commencez pas avant les 6 mois révolus (code couleur rose).

-De 1 à 3 ans: Lait de croissance, ou de suite ou junior, les appellations changent en fonction des fabricants et le code couleur également! (On commence déjà à s'embrouiller... Pas de panique c'est fait exprès!) Ces laits sont intéressants pour éviter les carences chez les grands bébés notamment pour le fer et les acides gras.

  • ​Point n°2: En relais ou en complément de l'allaitement​

Les fabricants à la pointe de l'innovation ont pensé à tout et surtout aux mamans stressées, je ne conseille pas tellement ces laits dit "relais" bourrés de pré et probiotiques qui auraient tendance à faire grossir trop vite les bébés.

  • Point n°3: Mon bébé a un reflux gastro œsophagien​

J'ai déjà écrit un billet à ce sujet : http://nutritioninfantile.overblog.com/mon-bebe-a-un-reflux-gastro-oesophagien-que-faire

Sachez donc qu'il existe plusieurs sortes de lait en fonction de la sévérité des reflux, formules épaissies, épaississants seuls, anti-régurgitation (AR).

Ces laits peuvent avoir comme effet gênant de constiper bébé.

  • Point n°4: Mon bébé a des coliques​

Les coliques des bébés sont monnaie courante avant trois mois, en effet, leur flore intestinale n'est pas encore bien équilibrée. ceci peut donc se solder pas des ballonnements, des cris, des pleurs, des petites diarrhées intermittentes.

N'hésitez pas à poser bébé sur le ventre bien calé sur vos genoux afin de l'aider à évacuer les gaz. Faire une mobilisation passive de ses jambes en le faisant pédaler et lui masser le ventre peut s'avérer très utile en cas de crise. Les diarrhées peu abondantes sont normales car bébé ne se nourri que de liquide, pas d'inquiétude. Parlez-en avec la puéricultrice de votre PMI, ou votre pédiatre.

Il existe des laits de toute sorte appelés "digest" "premium" (la classe!) "calinova" "cesar" et même des tout en un qui font (coliques, gaz, ballonnement, constipation et j'en passe)! Vous pouvez les tester mais sans garantie. Des potions à base de plante et même des biberons anti-coliques existent à l'heure actuelle. Ceci dit, inclinez bien la tétine de bébé pour éviter qu'il n'avale trop d'air pendant la tétée et n'oubliez pas de lui faire faire son rot.

  • Point n°5: Bébé a encore faim​

Avez-vous bien respecté la dilution pour préparer votre biberon? (1 mesurette pour 30 ml d'eau). Respectez-vous bien les quantités prescrites par les professionnels qui vous accompagnent? Bébé a-t-il vraiment faim? Les pleurs ne justifient pas automatiquement de lui donner un biberon, il est peut-être angoissé, il a peut-être besoin d'un câlin, il est peut-être mal à l'aise voire douloureux, il a peut-être de la fièvre?

Une fois toutes ces hypothèses écartées, vous pourriez consulter pour essayer les laits dits "satiété" mais évitez d'introduire trop rapidement les céréales dans le biberon qui pourraient engendrer une baisse de la prise de lait, ainsi vous pouvez les proposer dans un seul des biberons de la journée. Concernant le gluten avant 6 mois, il n'existe plus de précautions particulières.

  • Point n°6: Bébé est toujours constipé​

Attention, on parle de constipation si les selles sont trop rares ( moins d'une par semaine) et trop dures avec émission douloureuse. Ne vous alarmez pas trop vite en bon parent franco-français car nous sommes un peu trop portés sur la chose dans nos contrées!

Tout d'abord essayez de changer d'eau en préférant l'eau de source à l'eau minérale qui est plus constipante.

Heureusement des laits transit voir transit+ (c'est plus vendeur) peuvent venir contrer ce désagrément. Avant la diversification alimentaire, il est difficile de jouer avec les fibres mais après, quelques mesures simples permettent d'aider le transit de votre bébé. Hydratez bien votre enfant et favorisez l'exercice physique pour accélérer le transit. Evitez les sucreries et les produits constipants type carottes, chocolat, riz... Privilégiez les fruits et les légumes verts, le pruneau et même occasionnellement l'eau d'Hépar *

  • Point n°7: Bébé a la diarrhée​

Même topo que pour la constipation mais en sens inverse! Cependant, pour avoir testé les laits spéciaux, je peux vous dire qu'ils fonctionnent vraiment bien! N'oubliez pas de consultez un médecin car certaines gastro-entérites du nourrisson peuvent être graves.

Hydratez bien votre loulou, il existe même des soluté de réhydratation par voie orale pour cela. Et bon courage pour soigner les fesses de bébé (couches en coton en pharmacie, changes fréquents, crèmes de change spéciale pour érythèmes fessiers, bains de sièges au permanganate de potassium).

  • Point n°8: Bébé est allergique ou a des antécédents d'allergies alimentaires familiaux

Je vous renvoie à mon billet sur le sujet:

http://nutritioninfantile.overblog.com/pr%C3%A9venir-les-allergies-alimentaires-de-mon-b%C3%A9b%C3%A9

Les laits "HA" dits hypoallergéniques sont conseillés mais pas toujours digestes, à utiliser sous avis médical. Ils sont utilisés en prévention des allergies pour les bébés dits "à risque" mais jamais comme traitement si le diagnostic est posé.

  • Points n°9: Et l'huile de palme?

Voici quelques pistes de ma composition car ce sujet me préoccupe également:

http://nutritioninfantile.overblog.com/des-laits-infantiles-sans-huile-de-palme

http://nutritioninfantile.overblog.com/l-huile-de-palme-il-n-y-a-pas-mieux

http://nutritioninfantile.overblog.com/lait-infantile-et-huile-de-palme

  • Point n°10: Les alternatives végétales

Et le lien correspondant:

http://nutritioninfantile.overblog.com/non-au-lait-de-soja-pour-b%C3%A9b%C3%A9

  • Point n°11: Les laits biologiques

Face à l'engouement, et tant mieux, des jeunes parents pour les produits issus de l'agriculture biologique, les laboratoires proposent de plus en plus la version "bio" pour les laits infantiles. Cependant, ils contiennent pour certains de l'huile de palme voire de la taurine... ouvrez donc l’œil sur les étiquettes! A propos de la taurine je vous ai également écrit un petit article à ce sujet:

http://nutritioninfantile.overblog.com/du-red-bull-dans-les-biberons

Chaque bébé est différent et le choix du bon lait est un parcours à tâton. Ne vous laissez pas berner par le marketing féroce des industriels du lait, choisissez ce qu'il y a de mieux en fonction de votre bébé, de vos valeurs, des conseils de votre médecin et de votre mode de vie. J'ai oublié de vous dire qu'il existe des laits en poudre et des laits liquides en bouteille faciles à transporter. Le lait de la maternité n'est pas forcément le plus adapté pour votre bébé, c'est juste celui qui a remporté le marché à un moment donné. Il y a donc des "tours" de laits qui reposent sur une organisation globale et non sur une prise en charge personnalisée de votre bébé... A méditer.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 26 Juillet 2013

L'équipe du département de Seine Maritime a crée des petites fiches outils pour aider les parents à s'y retrouver en matière d'alimentation de l'enfant.

Je les mets en lignes pour votre gouverne personnelle en espérant qu'elles vous seront utiles.

Vous y trouverez des informations concernant les quantités, les rythmes des repas ainsi que le contenu nécessaires à vos enfants.

Elles sont aussi téléchargeables sur le site du département dans la rubrique enfance.

fiches nutritionnelles du département

a partir de 6 mois

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #prevention, #pnns, #dietetique infantile, #nutrition

Repost0

Publié le 19 Mai 2013

Gare aux sucreries

Le sucre est une substance nutritive omniprésente dans notre alimentation, très appréciée par les humains, et ce, bien avant la naissance.

En effet, il apparaitrai que le futur bébé, dans le ventre de sa mère augmenterai son rythme de succion en présence de sucre dans le liquide amniotique.

Plaisir et sucre sont donc étroitement liés, certaines maternités utilisent le sucre de canne liquide à téter pendant les soins douloureux (prise de sang, perfusion, etc....)

Mais que se cache-t-il derrière cette diabolisation actuelle du sucre et autres slogans "ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé"?

Voici donc les éléments essentiels pour bien savoir consommer le sucre en préservant la santé de bébé:

Quelques notions simples:

Les sucres sont classés en différentes familles (glucose, fructose et saccharose), ils sont de très petite taille et passent donc très vite dans le sang, c'est pour cela ,qu'on les appelle aussi les sucres rapides.

Les sucres proviennent surtout des végétaux:

(Source Wikipédia)

Les différentes formes de sucre:

On retrouve à l'état simple, le sucre sous forme de poudre, morceaux, semoule, sucre glace, cassonade, complet, raffiné ou non, vergeoise, sirop, miel.

On les retrouve principalement dans les aliments sucrés: sodas, bonbons, pâtisseries, barres chocolatées, fruits, céréales de petits déjeuner mais il existe aussi des sucres dit "cachés" qui peuvent vous compliquer la tâche.

Le ketchup, le vinaigre balsamique, la sauce barbecue, les plats préparés salés comme la moussaka, le thon à la catalane, ou les petits pois en conserve par exemple, cachent bien leur jeu de même que le pain de mie et les biscottes.

Les étiquettes comprenant les termes maltose, lactose, sirop, sucrose, saccharose, fructose et concentré de fruits, indiquent la présence de dérivés sucrés.

Les propriétés du sucre:

Ces propriétés se classent en quatre grandes catégories : sensorielles, physiques, microbiennes et chimiques. Elles font aussi du sucre une substance exceptionnelle dans les utilisations autres que pour les aliments.

Les risques d'une alimentation trop riche en sucre:

Les variations trop grandes du taux de sucre dans le sang (glycémie) provoquent des pics d'insuline (hormone qui régule la glycémie) qui sont à l'origine du fameux coup de pompe et de l'envie de consommer du sucre immédiatement.

Quand la consommation de sucre est supérieure aux besoins de l'organisme, celui-ci va les stocker sous forme de réserves (glycogène et graisses) favorisant ainsi la prise de poids.

Le risque d'apparition de caries n'est plus à démontrer concernant le sucre, le brossage des dents devenant inefficace face aux grignotages sucrés.

La consommation excessive de sucre se faisant au détriment d'autres aliments essentiels provoque des carences en vitamine, oligo-éléments et en calcium surtout.

L'"addiction" à proprement parler au sucre n'a pas été démontrée scientifiquement mais reste sujette à polémique dans nos contrées industrialisées.

Il n'existe pas de lien avéré entre hyperactivité et sucre, rassurons nous.

Il faut donc consommer le sucre avec modération et dans les bonnes proportions pour éviter tous ces désagréments et bien équilibrer les apports glucidiques.

Les recommandations du plan national nutrition santé:

Voici donc en fichier joint les recommandation du PNNS afin de bien réguler les apports en sucre de bébé. La règle d'or reste la même que pour les autres aliments: "variété et modération".

Ne diabolisez pas le sucre au risque d'avoir le retour de médaille à l'adolescence et laissez aussi votre bébé (à partir de sa troisième année) succomber à la tentation!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #education, #pnns, #dietetique infantile, #sucre, #nutrition

Repost0

Publié le 30 Avril 2013

Non au lait de soja pour bébé!

Les laits végétaux peuvent séduire en offrant une alternative aux laits traditionnels infantiles mais prudence, ils ne correspondent pas du tout aux besoins des nourrissons!

"Suite au signalement de plusieurs cas graves chez de très jeunes enfants ayant été partiellement ou totalement nourris avec des boissons autres que le lait maternel et ses substituts, l’Agence nationale de sécurité sanitaire s’est autosaisie de l’évaluation des risques liés à ces produits dans l’alimentation des nourrissons de la naissance à 1 an.

L’expertise réalisée par l’Agence montre que ces boissons de consommation courante ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques des nourrissons. L’Anses considère donc que ces produits ne doivent pas être utilisés, que cela soit à titre exclusif ou même partiel, chez l’enfant de moins de un an.

Elle rappelle également que le lait maternel est l’aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson, et qu’hors allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite (à base de protéines animales ou végétales) peuvent couvrir les besoins de l’enfant de moins de 1 an. "

N'oublions pas que bébé connait un moment de croissance et de développement crucial lors de ses trois premières années et que le lait constitue une base alimentaire obligatoire pour les tout petits.

L'utilisation de laits de chèvre, jument, brebis, girafe, riz, soja, etc.... peut même mettre votre enfant en danger de mort!

"L’Agence rappelle, par ailleurs, l’importance de l’équilibre de l’alimentation maternelle au cours de la période de grossesse et d’allaitement. En effet, d’éventuels déficits d’apport en vitamines et minéraux se répercutent sur le nourrisson. Certains modes d’alimentation pouvant conduire à des déficits doivent faire l’objet de précautions ou d’un suivi spécifique. Une attention toute particulière doit être accordée aux femmes ayant une alimentation de type végétalien ou végane (ne consommant aucun produit d’origine animale), qui doivent recevoir une complémentation en vitamine B12 pendant la période de la grossesse et de l’allaitement."

Pour les mamans récalcitrantes, il existe quand même des solutions:

Plusieurs laboratoires se sont penchés sur le sujet en créant des laits alternatifs spécialement conçus pour les bébés... mais attention il contiennent souvent de l'huile de palme, ainsi Gallia a sorti sa version soja, Modillac sa version à base de riz et Prémibio les variétés amande et châtaignes! L'avis d'un médecin est cependant essentiel avant d'adopter ces laits car chaque bébé est différent.

Je conseille plutôt la version riz car il semblerait que le soja contienne des substances pouvant avoir des effets néfastes sur la fertilité des petits garçons sur le long terme.

Concernant les laits amandes, châtaignes, brebis et juments, restez vigilants car le packaging est trompeur: les laits sont présentés comme des préparations pour nourrissons classiques mais ne suffisent pas pour assurer l'équilibre alimentaire de votre petit. Leur utilisation peut avoir des conséquences graves pour la Santé de bébé.

Pour les bébés allergiques au lactose, il existe des laits spéciaux appelés hydrolysats de protéines qui, avec un suivi médical spécial peut résoudre les problèmes allergiques des bébés.

Pour éviter les carences, allergies et infections chez les nourrissons, une réflexion posée et concertée avec les professionnels de la nutrition infantile s'impose. Les bébés ne sont pas des adultes "modèle réduit", la maturité de leurs fonctions vitales et la croissance oblige à respecter des règles strictes en matières d'allaitement.

Je rappelle que l'allaitement maternel constitue le mode de nutrition de premier choix pour les nouveau-nés et qu'il faut le privilégier quand cela est possible.

En savoir plus

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Avril 2013

Mon bébé aime les légumes

La soupe fait grandir, les épinards rendent fort comme Popeye... Depuis toujours les parents rivalisent d'imagination pour que leurs enfants mangent des légumes.

De plus, le plan national nutrition santé recommande de consommer au moins cinq fruits et légumes par jour.

Un petit éclaircissement concernant le rapport qu'ont les enfants aux légumes, les bienfaits d'une consommation régulière en végétables ainsi que quelques astuces pratiques pour aider les parents, leurs pulls, papiers peints, tapis et j'en passe!

Les bienfaits des légumes

Les légumes présentent beaucoup d'avantages nutritionnels:

  • ils apportent des antioxydants (permettant de neutraliser les substances qui s'attaquent à nos cellules)
  • diminuent les risques de cancer et de maladies cardio-vasculaires
  • ils permettent de remplir l'estomac tout en étant très légers sur le plan énergétique
  • ils favorisent le transit car sont riches en eau et en fibres
  • ils regorgent de vitamines nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme

Transformons nos enfants en lapins!

Ces mesures ne sont pas si simples à mettre en place: si votre bébé souffre à cause d'une poussée dentaire, d'une fièvre liée à une maladie, d'un besoin d'affirmer sa personnalité, tout cela pourrai bien vous compliquer la tâche.

Les enfants ont souvent peur des nouveaux aliments, cela s'appelle la néophobie alimentaire. Il s'agit d'un réflexe inné lié à une peur ancestrale de l'empoisonnement. Il faut représenter plusieurs fois un légume nouveau pour que bébé comprenne que cela est bon pour lui et l'accepte.

Dans la rubrique ancestrale, j'ajouterai que les bébés ne sont pas dupes, ils se tournent volontiers vers les aliments blancs comme le riz et les pâtes car ils savent que les apports en sucres lents vont leur permettre de se rassasier et de tenir jusqu'au repas suivant.

"Cinq fruits et légumes par jour"

L'anxiété que génère chez certains parents fragiles le non respect des recommandations du plan national nutrition santé en matière de fruits et légumes peut parfois conduire à des comportements agressifs. A l'hôpital Armand-Trousseau, le Professeur Patrick Tounian (responsable de l'unité de nutrition pédiatrique à Paris) a ainsi vu plusieurs enfants subir des violences parcequ'ils ne parvenaient pas à atteindre les cinq portions quotidiennes.

Ces comportements pouvant induire un dégoût prononcé et durable pour les fruits et légumes. ("L'alimentation de vos enfants", F.Flex, P. Tounian, ed.denoël, Août 2010)

De plus la notion de quantité reste bien flou concernant ce slogan du plan national nutrition santé. Faut-il manger 5 cougettes, 3 assiettes de courgettes et deux ananas, 5 cerises, une tranche d'ananas et 5 cerises, 1 cougette et 4 ananas? Tout dépend de l'individu et du poids de la portion!

Selon le site http://www.mangerbouger.fr :

Une portion est l’équivalent de 80 à 100 grammes, soit, pour avoir une idée simple, la taille d’un poing ou deux cuillères à soupe pleines. C’est par exemple : une tomate de taille moyenne, une poignée de tomates cerise, 1 poignée de haricots verts, 1 bol de soupe, 1 pomme, 2 abricots, 4-5 fraises, 1 banane… Mais le calcul de ces données inclus toutes les tranches d'âges, les différents modes de vie, les différences organiques de chacun, etc... qui sont à prendre en considération dans vos choix nutritionnels.

Quelques astuces et conseils pour finir:

Un enfant en bonne santé ne se laissera JAMAIS mourir de faim soyez rassurés! Plus vous entrerez en "guerre" avec lui... plus la situation s'envenimera. Restez Zen et prenez du recul sur la situation.

Vous pouvez faire découvrir la cuisine à bébé en lui proposant d'écosser les petits pois, ou en tournant la purée avec vous. Une petite cueillette pédagogique à la ferme lui permettra de mieux visualiser l'origine des ingrédients de son assiette, lui permettant ainsi de mieux les accepter un fois cuisinés. Une jolie table avec une assiette présentée de façon ludique permet également de désamorcer certains blocages psychologiques.

Il existe un tas d'outils sur internet pour permettre à votre petit de découvrir les légumes comme les coloriages, les idées de décoration et présentation d'assiette, les jeux de société,etc...

Ne punissez pas votre enfant s'il ne mange pas, le dessert n'est pas une récompense non plus! Essayez de dîner en famille pour que le moment du repas soit convivial et chaleureux.

Eteignez la télévision pour faire place au dialogue et ne proposez pas 36 menus différents à un bébé qui n'a pas faim.

Mon père disait un vieux dicton "qui dors dîne", un repas sauté ou incomplet n'est pas dramatique si toutefois l'équilibre sur la semaine est préservé...

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #astuce, #education, #diététique infantile, #nutrition

Repost0

Publié le 28 Mars 2013

Le premier anniversaire de bébé

Le grand jour arrive et votre petit bout de choux a déjà bien grandi! Mais il reste encore quelques aliments que vous n'avez pas encore introduit dans son alimentation?

Un bref rappel sur les aliments à an:

Introduits:

  • lait 2eme âge ou maternel
  • yaourts, fromages blanc, et fromages traditionnels
  • tous les fruits en fonction de la mastication, la déglutition et la tolérance digestive de bébé
  • tous les légumes verts
  • pomme de terre
  • le gluten en fonction de la tolérance
  • le pain, pâtes fines, semoule et riz
  • la viande hachée
  • les œufs
  • les matières grasses
  • l'eau

Reste à introduire:

  • le lait de croissance
  • les morceaux
  • les légumes secs
  • les produits sucrés (sans urgence à limiter)
  • le sel (avec modération)

Finalement, bébé a déjà bien commencé son aventure de gastronome, et vous avez certainement envie d'améliorer le dessert pour ce jour de fête.

Evitez:

Les gâteaux à base d'alcool comme le baba au rhum

Les pâtisseries à la crème et à la crème au beurre, trop riches et indigestes pour bébé comme les choux à la crème, la forêt noire, la bûche, autres religieuses, éclairs et le tiramisu.

Les pâtisseries frites comme les beignets, croustillons, churros et pâtisseries orientales bien riches.

Les gâteaux à base de fruits à coques entiers, pour prévenir le risque de fausses routes et les allergies chez les bébés prédisposés.

Pour un effet réussi:

Faites simple et misez tout sur la décoration du gâteau et l'ambiance... surtout n'oubliez pas les bougies et les allumettes. L'aspect ludique d'un gâteau d'anniversaire aura raison de sa simplicité technique! Voici un lien pour vous inspirer (ce site s'adresse aux plus grands mais les idées déco sont à croquer):

http://www.grainedecurieux.fr/anniversaire/gateaux-d-anniversaire-et-recettes-enfant/pages/recette-gateau-monstre.aspx

Le jour J:

Faites un repas léger pour que bébé ait encore de la place pour déguster son gâteau. Il se peut qu'il ne maitrise pas encore l'art de souffler les bougies...aidez-le un peu.

Soignez l'ambiance et la décoration de table, photos et cadeaux seront bien sûr au rendez-vous.

Pour finir: les recettes

http://www.cubesetpetitspois.fr/gateau-aux-pommes-pink-lady-recette-bebe/

Un site très instructif autour du repas de bébé....une mine d'informations!

Et avec un peu d'imagination, on peut facilement transposer ces recettes en mode "sans gluten" avec des farines spéciales...

Bon Anniversaire bébé!

Voir les commentaires

Rédigé par Missmaman76

Publié dans #dietetique infantile, #diversification alimentaire, #nutrition

Repost0